Bill, petit garçon de 9 ans, s'invente une vie de preux chevaliers avec son épée de bois et son bouclier en carapace de tortue. Il est entouré par son père John alcoolique, sa mère Claire fatiguée par les coups et les colères que son mari lui admoneste ainsi que de son grand frère de 17 ans James.

Bill adore ce grand frère qui ressemble à Elvis Presley et qui passe son temps a écouter des disques dans le fenil au grand dam de leur père qui ne supporte pas ce fils qui ose se dresser devant lui lors de ses colères.

Les plus proches voisins dans cette région du Wisconsin sont Earny et Rosemary, couples de fermiers. N'ayant pas d'enfant, ils ont pris les deux gamins un peu sous leur aile.

Par une belle journée, James reçoit une lettre qui lui endjoint de rejoindre l'armée pour combattre au Vietnam. Il s'est engagé comme volontaire.

James parti, Bill se sent très seul. Il se réfugie souvent ches Earny et Rosemary. Il écrit à son frère qui lui répond en lui promettant de revenir et surtout qu'il l'aime.

Mais un jour, Earny accompagné de militaires, vient annoncer que James est porté disparu....

9782264046246_1_75

Dès les premières lignes, l'émotion accroche le coeur et ne vous quitte plus jusqu'au mot fin.

Alcoolisme, femme battue, amour maternel, amour fraternel, guerre, nature, un mélange de tant de thèmes mais entourés de poésie. Des êtres qui souffrent et peu à peu se retrouvent. Tour à tour, ils vous font part de la perception de la vie qu'ils observent.

Epoustouflant de beauté tant au point de vue de l'écriture qu'au point de vue des personnages. Bill ne quitte pas un instant vos pensées lui qui espère le soleil. Les lettre écrites par James à son petit frère sont tellement belles qu'on aimerait le serrer dans nos bras. Claire, maman qui déclare que si elle avait des ailes, il y a longtemps qu'elle se serait envolée est tout simplement attachante.

Mon premier coup de coeur en ce début d'année avec un grand C.

"Quand Eernie a t-il pleuré pour la dernière fois ? Ca doit remonter à des années. Moi, j'ai beaucoup pleuré comme bien des femmes ici. Mais même au plus fort de la douleur, nous gardons toujours espoir. Nous les femmes, nous manifestons notre chagrin à la manière des loups et des coyotes, hurlant à l'adresse de nos partentaires et de toute la meute. Quand les hommes pleurent, ils expriment une telle vulnérabilité, une telle angoisse, qu'ils semblent presque à l'agonie"

"Pour lui, c'était l'heure la plus sacrée de la journée. Quand il passait une nuit blanche, avait-il dit à Ernie,l'aube pouvait lui rendre la vie. La première chose qu'il faisait au réveil, avant que son attaque l'ait paralysé, c'était de sortir saluer le soleil même par temps couvert"

" Il avait oublier le plaisir de se plonger dans une histoire qui avait le pouvoir de le transporter loin de sa propre existence tout en renforçant le caractère réel de ce qu'il vivait. D'autres avaient éprouvé des sentiments comparables  aux siens et fait des expériences similaires. Les livres affirmaient que, belle ou laide, la vie avait de la valeur."