feedaeb2ca9e2c85edc669b51533bdbb75a33840

 

Elle n'a que six ans et doit fuir son pays la Pologne avec sa famille. Elle n'a que six ans mais elle a déjà compris que ceux qui parlent allemand sont les méchants. En zone libre de France, elle va retrouver une partie de sa famille, des cousins, dont Adriel qu'elle aimait déjà en regardant sa photo.

Mais la zone libre n'est pas signe de liberté et durant deux ans la petite Anna Wajimski va être hébergée par des paysans en Haute Loire : les Poulange. 

Elle se nomme à présent Anne Serre de Roanne. 

Adriel servira de lien intermédiaire entre la maman d'Anna, Ethel, et la petite fille.

D'une vie choyée, l'enfant va découvrir la rudesse. La rudesse d'époux paysans qui ne savent pas, car on ne leur peut-être pas appris, donner des gestes de tendresse. Pourtant, il faut sacrément être fort pour oser accueillir une petite juive. 

D'une vie de petite fille aimée, elle va se transformer comme les enfants du village avec une couche de crasse sur le corps.

Anna se retrouve avec Lisette sa cousine mais qui dépérit. Adriel vient la rechercher mais imaginer ce qu'à du ressentir Anna quand elle a compris qu'elle elle devait rester.

Anna aide un peu à la ferme et par chance le pasteur va s'enquérir du fait qu'elle ne va pas à l'école. Il en est hors de question. Elle ne parle pas bien le français : qu'importe ...

Seconde chance pour Anna, l'institutrice Cécile Tournon va prendre en main la fillette. Elle veut qu'elle aie un avenir. Elle en a le droit et les capacités. Pour Anna, le soleil peut encore briller.

 

Un jour on viendra la rechercher. Il y a aura des morceaux de famille disparus dans le néant. Anna aura vécu une parenthèse de deux ans qui ne s'effacera jamais.

Un tout petit livre, tout petit, mais si grand d'écriture, d'amour dans lequel Carole Zalberg nous dévoile une partie de l'histoire de sa maman.

Un petit livre qui vous presse le coeur, pour ne pas oublier que des humains ont décidé d'aider des enfants car ils n'acceptaient pas tandis que d'autres fermaient les yeux.

Un petit livre que je vais garder précieusement. 

Lisez-le surtout. Lisez les mots de  Carole Zalberg, ils sont si beaux....