26 septembre 2017

Mademoiselle, à la folie de Pascale Lécosse

mademoiselle

68

 

 

Premier roman de Pascale Lecosse. Très beau premier roman. On valse entre douceur et humour pour notre plus grand plaisir de lecteur. 

 

 

Mademoiselle fêtera bientôt sa quarante huitième année. Elle a connu la gloire et la connait encore. Adulée au théâtre tant qu’au cinéma, c’est une véritable star. Jouer pour elle est son oxygène. 

 

 

Ne s’étant jamais mariée, maitresse d’un homme politique, non libre, elle vit depuis quinze ans avec Mina sa confidente, secrétaire, femme à tout faire. Un duo qui fonctionne parfaitement. 

 

Catherine, mademoiselle, note tout dans un petit carnet car elle constate depuis quelque temps qu’elle a de petites pertes de mémoire. 

 

Mina observe la transformation de la grande actrice car outre ces pertes de mémoire, elle voit des  personnes qui ne sont pas présentes, elle demande à voir son père qui est décédé.

 

Mina décide Catherine à se rendre chez le docteur.  Sans appel : Catherine sombre petit à petit dans la folie et c’est irréversible.

 

 

Un très très beau roman qui traite avec légèreté et non pathos à travers le personnage de Catherine, ce qui nous guette toutes et tous  : la folie,  si notre cerveau décide de nous jouer un mauvais tour durant notre existence. 

 

On y retrouve le désarroi de la malade qui comprend que petit à petit elle va se transformer en une autre personne et la détresse des personnes qui vivent au jour le jour cette transformation. 

 

Une très jolie découverte. 

 

Posté par winniethepooh à 10:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


Ma Reine de Jean Baptise Andrea

reine

68

 

Je vais passer pour le mauvais petit canard de l’aventure des 68 premières mais ce fut un abandon. Non que le roman soit mauvais mais je me suis ennuyée  tout simplement.

 

 

Il vit avec ses parents au bord d’une route dans le sud. Ils les aide en tentant de ne pas faire des bêtises à tenir la pompe à essence, perdue sur le bord d’une route. 

 

Il a 12 ans. Plus d’école car il devrait aller dans l’enseignement spécialisé et ses parents n’en ont pas les moyens. 

 

Il est un enfant comme les autres mais il va grandir en gardant cette âme d’enfant. En fait, il est un peu différent des autres. 

 

Mais le jour, où il commet une grosse bêtise qui aurait pu se terminer en feu de l’enfer, il décide de partir à la guerre. Il ira là bas, se battra et tuera ainsi on ne pourra plus dire qu’il n’est pas un homme. D’autant que ses parents ont décidé de l’envoyer chez sa grande soeur qui a quinze ans de plus que lui. Les parents ne savent plus que faire, trop âgés. 

 

Il part la nuit, prend le fusil du père et cette guerre, il va la chercher. 

 

Mais à douze ans, qu’on soit différent ou non, on est vite perdu dans un nouvel univers.  

 

Tout change quand Viviane apparait.  Petite fille blonde de treize ans qui déclare qu’elle est sa Reine et qu’il doit lui obéir. 

 

 

 

J’aurais pu être réceptive à cette belle histoire. Malheureusement, je suis passée bien loin de la magie de ces enfants. 

 

Posté par winniethepooh à 09:09 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 septembre 2017

Le beau mystère de Louise Penny

penny

 

Tout ne pourrait s’appeler que paix au sein de l’Abbaye Saint Benoit du Lac. Les derniers moines de l’ordre de Saint Gilbert y vivent dans le silence et chants grégoriens. L’Abbaye est fermée à tout étranger afin de respecter la sérénité. Mais, même dans un lieu clos, le mal peut s’immiscer par le plus petit interstice.

 

 

24 moines reclus dans l’est du Quebec, au bord des forêts qui sont pourtant connus dans le monde entier grâce à la diffusion d’un CD sur lequel ils unissent leurs voix. 

 

L’un d’entre eux va être assassiné dans le jardin de l’Abbé, chef de ce monastère.

 

Gamache et Beauvoir, son adjoint se rendent dans ce coin isolé du Quebec. 

 

L’Abbé est bien obligé de les faire entrer pour constater le décès. 

 

Un moine recroquevillé comme un foetus et qui tient entre ses doigts un morceau de papier sur lequel apparaissent des signes cabalistiques : les Neumes.  Les Neumes qui guidaient les chants grégoriens avant l’apparition des clés musicales.

 

Gamache décide de se laisser enfermer dans le monastère afin de découvrir la vérité. Beauvoir que les chants grégoriens laissent complètement froid, reste avec lui.

 

Jusqu’au jour où un avion survole le monastère apportant à son bord, le mal incarné : le chef de la sécurité Francoeur. Ce dernier a toujours le même but :  nuire à Gamache. 

 

Pour cela, il va se servir de Beauvoir. 

 

Gamache découvrira le coupable mais perdra la confiance de son adjoint. Beauvoir repartira sans lui du Monastère. 

 

 

 

A la différence des romans précédents, toute l’intrigue se déroule à huis clos et l’on s’imprègne du calme qui règne dans la vie des moines.   

 

Très beau roman au son des chants grégoriens et sous l’aile de Dieu.

 

Et Gamache, je l’aime toujours autant.

 

Abbaye1-1200x480

 

photo prise sur internet de l'Abbaye de Saint Bois du Lac

5/5. Concert à Saint Benoît - du - Lac - Canada

 

Posté par winniethepooh à 10:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

18 septembre 2017

Son absence Emmanuelle Grangé

absence 

 

François, est parti un jour à Tanger, une place de moniteur.  Ils ont tous reçu une carte postale et depuis plus rien. François a disparu et cela fait vingt ans. Ce matin ils ont tous rendez-vous au tribunal  pour déclarer la présomption d’absence de François.

 

 

François est l’un des six enfants de André Munch qui sitôt sa progéniture partie, les a remplacés par des bonsaïs. Marguerite, son épouse, née d’une famille argentée de Lille, a bien essayé de divorcer mais peine perdue, André est un tyran et tout doit se dérouler comme il l’entend. Au retour de leur séparation, Marguerite fut reléguée dans une chambre. André décide de tout.

 

Les autres enfants ont tous choisi des chemins de vie différents : dans les affaires, dans l’artistique mais aucun n’a oublié ce frère qui ressemble à une ombre dans leur esprit.

 

Evelyne la seconde, vit même à Tanger, cette ville où François avait envoyé sa dernière et unique carte postale. Elle se sent plus proche de lui et qui sait ! Sa silhouette et sa tignasse rousse referont peut-être surface.

 

Joseph le plus jeune, se souvient du jour où son frère et un autre garçon avaient fait la bringue, puisqu’ils étaient chargés de le garder ce soir là.  Ils les avaient vus nus mais à son âge rien ne semblait bizarre.

 

Sandrine, la jumelle, institutrice en maternelle, n’a jamais cessé de penser à ce faux jumeau. Une partie d’elle. Elle était la seule avec une mission inscrite sur la carte postale. Donner la combinaison de plongée à un copain de François. Elle a fait le geste demandé et puis plus rien.

 

Et nous lecteurs, à travers les mots de François savons que le jeune homme d’il y a vingt ans ne reviendra plus.  Ils partent tous vers le tribunal s’imaginant que peut-être un jour ? 

 

 

Excellent premier roman d’Emmanuelle Grangé. Son écriture est fluide, cadencée. On suit la vague et on roule de bonheur de lecture. 

 

Très beau roman qui décortique ce que chacun pourrait ressentir de l’absence d’un proche dont on ne sait ce qu’il est devenu. Un magnifique portrait de famille entre cruauté et amour ainsi que le silence, les non-dits. 

 

Mais ce qui m’a surtout émue, ce sont ces mots de François en italiques qui nous dévoilent le pourquoi de cette disparition. Car toute disparition a une raison. Nous lecteurs, sommes dans le secret. 

 

 

« François, leur a dit adieu à sa façon, ils ne se sont douté de rien, François a rendu visite à chacun, comme ça, avec ou sans prétexte., bel été à vous. Il les a photographiés par coeur. Ils ne l’ont plus revu. »

 

 

 

68

Posté par winniethepooh à 08:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

14 septembre 2017

La fille du van de Ludovic Ninet

van

 

 

 

Je me réjouissais tellement de découvrir cette fille du van . Premier roman de Ludovic Ninet dans le cadre des 68 premières fois.

Je l’attendais peut-être avec trop d’espoir car le coup de coeur n’est pas au rendez-vous.

 

La fille du van est la très belle histoire de personnages qui aimeraient serrer le bonheur contre eux mais ce bonheur il est tellement difficile à agripper. Et puis ce foutu bonheur qu'on nous persuade vital, ne veut peut-être pas d'eux.

 

 

Sonja, est partie en Afghanistan croyant les belles paroles qu’on leur lançait pour que des femmes et des hommes s’engagent. Elle est partie comme infirmière et ce fut l’enfer.  La paie était si belle elle n’avait pas hésité mais à quel prix ! Cotoyer l’horreur dont on ne parle surtout pas. 

 

Elle en est revenue avec la peur au ventre, les cauchemars nocturnes et ces médicaments qu’elle doit avaler pour tenir. N’en pouvant plus, elle a abandonné son mari et son fils et le van est sa nouvelle maison.

 

Un jour, elle décide de revenir vers sa région du sud. 

 

Elle va rencontrer Pierre qui vend des poulets frits sur un parking. Lui qui fut un champion olympique mais qui s’est refusé à devenir une star, cet habit qu’on voulait qu’il endosse.  La dépression ne le quitte plus mais quand il aperçoit Sonja, c’est comme un coup de soleil. Lui, il tente de survivre en peignant.

 

 

Abbess est le copain d’enfance de Pierre. Ancien braqueur. Il travaille dans un supermarché. Son rêve c’est retaper son voilier et partir loin très loin. Lui le fils de l’ancien Harki s’accroche aux vagues. 

 

Et puis Sabine, qui tombe amoureuse de Sonja mais qui sait déjà que leur histoire si elle commence ne sera qu’une parenthèse. Elle est tellement habituée à ce qu’on la laisse sur le bord de la route.

 

 

S’apprivoiser, se découvrir, durant quelques jours. 

 

Ces trois rencontres seront essentielles pour Sonja.

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 09:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :