etincelle

 

 

Il suffit juste d’une étincelle pour qu’une jeune professeur chinoise se transforme en torche humaine.  Song l’amie de Michele. Song qui ne cuisinait jamais mais qui a décidé puisque son amie n’était pas venue, de confectionner le plat chinois qu’elle lui destinait. Tout en découpant les légumes, elle écoute Suzanne de Léonard Cohen. Elle tourne le bouton de la gaziniEre….la vie de Song va changer.

 

 

 

Sur la page de garde, les lettres roman s’étalent. Pourtant la tragédie s’est bien déroulée et Michael Plomer a mis des années avant de pouvoir couvrir de mots ce drame. 

 

Song et Michele sont professeurs  du département anglais dans l’université chinoise de Shenzhen. Elles sont devenues amies et aiment se retrouver sous la statue de Confucius. 

 

Song est une fervente communiste au grand amusement de MIchele. Chaque semaine elle fait son autocritique.

 

« Avec ses nattes d’écolière, son parfum de Paris et ses convictions  cueillies sur les plus hautes cimes du Hunan elle était mon maitre oriental, mon guide sur le chemin de l’universalité; »

 

Michele est canadienne, du Quebec.  Elle aime parler via le téléphone à sa mère qui vit à des kilomètres.

 Prof d’anglais. Elle adore faire écouter des chanteurs des USA pour que ses étudiants se familiarisent à cette langue. 

 

Song est amoureuse d’un homme qui ne pense qu’au sport mais elle veut absolument un enfant de lui pour se démarquer de ses parents et de leur tradition.

 

Michele est la maitresse d’un chinois Feng qui travaille comme bibliothécaire aux archives de l’Université.

 

Après le drame, Michele se culpabilise d’avoir préféré une nuit dans les bras de Feng au repas que Song lui destinait. 

 

Song est hospitalisée bien loin de l’université qui ne se sent en rien responsable du drame. 

 

Les parents de Song arrivent d’urgence pour aider leur fille 

 

 

« La nuit, je la rejoignais en pensée dans cette chambre qui empestait  la chair putrescente et le désinfectant. Je flottais à côté d’elle, obligeant à son immobilité. A travers le silence de sa méditation extrême, je comprenais qu’elle avait vaincu sa terreur de mourir et qu’elle matait maintenant l’animale douleur »

 

 

Le père de Song décide quelle n’a besoin d’aucun antidouleur. Les médecins le persuadent du contraire alors pour éviter tout empoisonnement, il décide de cuisiner tous les plats que sa fille pourra ingurgiter. 

Deux jeunes filles viennent s'occuper de Song. 

 

Personne ne peut voir Song dans sa chambre stérile. Jeune fille qui flotte, entourée de bandages avec une seule vue, celle des tuiles d’un toit. 

 

Bientôt, on pourra lui parler grâce à un walkie talkie. Michele vit avec sa culpabilité.

 

Feng va se détacher d’elle car il ne comprend pas dans sa mentalité chinoise  cet acharnement  à vouloir absolument être près de son amie. 

 

Song va survivre mais à quel prix ! De multiples greffes mais le bébé qu’elle veut absolument, elle n’oublie pas ce but. 

 

Rejetée par son fiancé, elle jette son dévolu sur un médecin et pour l’aider, Michele va gravir une montagne où dans une grotte coule une eau qui donne la jeunesse. La verser dans une petite bouteille et la donner à Song en lui assurant que c’est un philtre d’amour tout en se persuadant que cette eau ne peut être que bénéfique pour la santé de son amie.

 

 

Il est temps qu’elle rentre au Quebec, ce sont les vacances. Mais elle décide de rester. Song va être envoyée dans un sanatorium. La jeune chinoise lui fait comprendre qu’il est temps que son amie pense enfin à elle et que sa véritable maison est sur un autre continent. 

 

« Elle me tendit une main fragile que je pris doucement entre les miennes.

-Je n’ai qu’à te remercier pour ton amitié sincère. En Chine, tout se sait, et je sais le prix que tu as payé en demeurant à mes côtés. »

 

Michele part donc.

Son contrat à l’université ne sera pas renouvelé.

 

 

Que dire de ce roman ? Qu’il est avant tout magnifique de part l’écriture de l’auteur et de cette belle amitié entre deux femmes, de la description de personnages haut en couleur pour certains. 

 

Qu’il nous apprend beaucoup sur la Chine. Une culture totalement différente de la nôtre où l’individualisme n’a aucune place. Le parti décide et le peuple doit former un tout afin de faire avancer le pays. Il n'y aucune place pour la critique. Il faut avancer et tenir la ligne.

Qu'il nous parle de la souffrance, de la culpabilité. Oui, ce livre est magnifique.