14 juin 2018

Brandebourg de Juli Zeh

9782330081966

 

« L’Unteurluten de Kathrin ne lisait pas le journal, ne regardait pas la télé, n’utilisait pas internet, ne s’intéressait pas à Berlin, n’appelait jamais la police et évitait tout contact avec le monde extérieur. Pour une raison simple : parce que le village aimait la liberté. Au cours des décennies de dictature socialiste, les gens s’étaient rendu compte que le pouvoir s’exerçait dans l’abstrait et l’irréel. Par conséquent, ils préféraient s’en tenir au réel et au concret. Ils n’offraient aucune prise à l’intimidation globale qui tenait l’ensemble de la planète sous sa coupe. Quand on ne lisait pas, ne regardait pas, ne cliquait et n’écoutait pas, on n’était pas gouverne, que ce soit par les politiques, par les informations, par la peur- ou par une combinaison de ce tout. »

 

Unterleuten, petit village dans la région de Brandebourg. Tout pourrait être paisible mais la haine entre deux hommes l’air depuis toujours.

 

Gombrowski dont la famille possédait les terres du village n’a jamais oublié le visage de Kon, lorsque tout a changé après la guerre. Le sol a été envahi par les russes et le socialisme s’est emparé de tout. Partage des terres, c’est ce que réclamait KOn lorsqu’il est venu un soir avec d’autres incidier leur grange. 

 

 

Gombrowski n’a jamais accepté de devoir se laisser piller de ces terres. Il est parti du village pour suivre des études et de retour, il a vite supplanté KOn à la coopérative. Il a tout repris en main et redonné vie au village. Ils leur sont tous redevables. Même Arne le maire.

 

Il n’y a plus de socialisme depuis longtemps, le mur étant tombé mais KOn ne l’a jamais accepté. 

 

Ces deux hommes âges se haissent.

 

 

Deux couples urbains sont arrivés depuis peu. Un ancien professeur et sa jeune femme. Parents d’une petite fille. Lui s’est entiché d’ornithologie et il fait partie de la société qui préserve la nature. Heureux au début, ils ont vite déchanté, le nouveau voisin ne cesse de brûler de pneus. Leur vie est un enfer.

 

Linda, elle n’a qu’une idée en tête. Faire venir son cheval dans un terrain proche de leur maison mais pour cela il faut ériger un mur de deux mètres et elle attend la décision. D’ailleurs sa vie n’est que décision selon le programme d’un haut gourou de la pensée dont elle dévore le livre. Ne jamais flancher, décrypter les autres. Etre la meilleure. 

Son compagnon Frederik est concepteur de jeux vidéos avec son frère. Unteurluten ne l’intéresse pas vraiment.

 

 

Meiler ne vit pas au village mais sur un coup d’envie à acheté pratiquement toutes les terres. Donc gros propriétaire.

 

 

Tout va basculer, lors d’une réunion pour l’affection du sol concernant des éoliennes. Les habitants comprennent très vite qu’ils n’ont pas le choix et que malgré leur désaccord, c’est l’Etat qui décide de tout. Mais à quel emplacement va t-on les dresser dans ce paysage campagnard ?

Là est tout l’enjeu.

 

Au lieu de s’unir, les habitants vont faire place à leur haine et les nouveaux couples  ainsi que Meiler vont former un élément perturbateur.

 

« Peut-être que Linda avait raison, songea Frederik : un foyer, ce n’était pas des immeubles de rapport et des tramways, mais une terre et un horizon ».

 

 

 

Roman très prenant d’un petit village perdu au fin fond de l’Allemagne. C’est avec allégresse que mur de Berlin est tombé en 1989 mais combien de drames se sont-ils déroulés suite à la réunification ? C’est essentiellement le thème de ce roman qui est excellent dans son suspense ainsi que dans son écriture.

 

A découvrir.

 

 

 

Posté par winniethepooh à 10:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :