Minuit-sur-le-canal-San-Boldo

 

 

Je les guette les enquetes du commissaire Brunetti. Cette dernière est excellente donc bonheur complet.

 

 

Brunetti et son épouse sont conviés à un repas organisé par la meilleure amie de la Comtesse Falier belle mère du commissaire. Cette amie est une mécène pour restaurer les arts dans la ville de Venise : la Comtesse Lando-Continui. 

 

En fait la Comtesse voulait rencontrer Brunetti pour lui confier une enquête : sa petite fille, il y a 15 ans a failli se noyer, sauvée d’extreme justesse par un clochard, elle vit encore mais son cerveau a été atteint et elle reste à l’âge mental de 7 ans. On a parlé de suicide mais la Comtesse veut comprendre ce qui s’est réellement passé ce jour là.  D’autant que sa petite fille avait peur de l’eau ayant failli se noyer plus jeune, donc elle ne s’en approchait plus. 

 

 

Patta « son chef bien aimé », donne son accord pour réouvrir l’enquête après un plan diabolique échafaudé par le commissaire flattant l’égo de son supérieur.

 

Brunetti, consultant l’ancien dossier médical de la jeune fille, constate qu’elle avait été violée mais dans la famille personne n’en est conscient apparemment, la jeune fille ne s’en rappelant pas.

 

Et voilà que le clochard alcoolique qui avait sauvé la jeune fille est découvert assassiné.

 

 

 

Heureuse de retrouver Venise et les questions de Brunetti.. Et en arrière fond, Donna Leon évoque les réfugiés qui vivent dans la ville des Doges, la malhonnêteté des édiles politiques, le détournement d’argent etc etc.