05 septembre 2018

Eden Springs de Laura Kasischke

41S+gLMJzML

 

Benjamin Purnell, en compagnie de Cora son ancienne institutrice, va fonder une communauté religieuse à Benton Harbor. La colonie s’appellera la maison de David.

 

Enfant Benjamin a eu une révélation. Il a entendu un voix, celle de Dieu, qui lui commandait de construire un asile pour que ceux qui le suivent soit à l’abri lors de la fin du monde. Benjamin prédit même que les disciples auraient la vie éternelle et que la jeunesse ne disparaitrait jamais, donc qu’ils vieilliraient pas.

 

Les femmes sont folles de lui, de cet être charismatique qui a des cheveux longs ainsi qu’une belle barbe. 

 

Les jeunes filles de la communauté ainsi que David sont vêtus de blancs. Les hommes sont barbus et chevelus comme Benjamin. Ils sont ce qu’on appellerait à présent Vegan.

 

A côté de la propriété acquise au milieu de vergers, il va faire bâtir une parc d’attraction Eden Springs. Succès garanti.

 

Les nouveaux disciples affluent vers ce paradis, notamment d’Australie.

 

Il possède une équipe de Basket, un orchestre. Tout est dans le meilleur des mondes.

 

Et ces jeunes filles qui dansent devant lui, pourquoi s’en priver ? 

 

Mais voilà  que l’une d’entre elle décède. N’avait-il pas prévu la vie éternelle ?

 

Il sent un vent de révolte alors il décide de marier chacune d’elle à un autre membre de la communauté.

 

Benjamin Purnell va déchoir petit à petit lui qui se faisait appeler le Roi.

 

 

 

 

Ce qui m’a intéressé dans cette lecture, c’est surtout la découverte d’une secte dont je n’avais jamais entendu parler. Il faut dire qu’elle date de 1903.  Benjamin Purnell avait bâti un petit paradis il faut l’avouer mais c’était un gourou tel qu’ils le sont tous. Vivre dans la richesse et gouter aux jeunes filles, aux toutes jeunes filles. 

 

Le roman car c’est bien un roman baigne dans une poésie telle ces jeunes femmes qui vont cueillir les fruits dans le verger, au milieu des parfums et des pétales. 

 

Eden Springs porte bien son nom. 

 

Curieuse, j’ai été recherche sur internet. Benjamin Purnell a en fait fonde cette communauté en duo avec Mary. Ils avaient été chassés d’une autre communauté. Pour fonder cette nouvelle secte, ils s’allièrent à une autre.

 

 

Mary et lui vivaient dans l’opulence tandis que ses ouailles ne connaissait que la pauvreté. Et tous les vices sexuels étaient permis. L’image archiconnue du gourou des sectes.  

 

Sa déchéance commença quand on s’interrogea sur la provenue de cette richesse.,

Et le jour où on vint l’arrêter : il était au lit entouré d’un harem.

 

La communauté qui s’était déjà divisée lors de la mort de Benjamin continua  jusqu’à la mort de Mary dans les années cinquante. 

 

On peut encore découvrir les vestiges du parc d’attraction dont Walt Disney s’inspira pour son Royaume à lui.

 

L'avis de Cathulu http://www.cathulu.com/…/20…/09/05/eden-springs-6076847.html

Posté par winniethepooh à 13:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


04 septembre 2018

Tarte aux pêches tibétaine de Tom Robbins

1586-cover-tibetan-5abcb2e276a48

Si vous tentez de chasser la morosité, lisez de toute urgence de livre. Tom Robbins c’est un véritable OVNI de bonne humeur et de joie de vivre.

 

Il est né en Caroline du nord à Blowing Roks, une ville sur un roc. A cinq ans, il déclaré à ses parents qu’il sera écrivain et ne sachant pas écrire encore, il dicte ses histoires à sa mère. 

 

Cette dernière, dont le père était prédicateur baptiste, avait donné le surnom de Tommy Rotten à son fils. L’écrivain n’a jamais su pourquoi ?

 

D’une famille puritaine est né ce trublion qui dès son jeune âge aime les filles, désire suivre un cirque. Raconte des histoires, avec à la main un bâton, pour ponctuer ses phrases en frappant le sol. Gourmand, il se fait ébouillanter avec du chocolat et son plat favori est indubitablement à jamais les tartines à la tomate.

 

Ne faisant que des bêtises à l’école, il rentre à l’armée et est engagé comme météorologue en Corée. 

 

Revenu à la vie civile, il veut absolument entrer dans un journal. Il est engagé comme critique d’art alors qu’il n’y connait rien. 

 

Il va changer de ville fréquemment comme il change de femme. Apparemment la dernière fut la bonne.  Mais ce qui est important pour situer le personnage c’est que sa jeunesse ce fut les années soixante donc les hippies, donc ce mangeur de champignon ne pouvait que gouter au LSD.  

 

Il a participé à des happenings qu’il a crée lui même, déclamé des poèmes avec le groupe de la roue du langage. Il désirait écrire un livre comparant Soutine et Pollock mais c’est un roman avec un tout autre sujet qui fut édité.

 

 

Ah j’oubliais, il est amoureux de Natalie Wood et c’est une balle de golf lancée dans le ciel qui lui a fait comprendre le sens de la vie.  Et il a volé la vedette à Neil Young.

 

« Les chanteurs dans le parc se turent, un à la fois au début, puis tous en même temps, et les instruments s’arrêtèrent dans un couinement. Il était vite devenu évident que l’interruption sonore venait d’en haut et, comme actionnées par des fils de marionnettes, toutes les têtes se levèrent d’un coup pour voir  le couteau de poche formé par un vol d’oies sauvages graver dans le ciel le nom secret de Dieu ».

 

 

Il nous fait voyager également et si l’envie de vous faire doucher par un éléphant vous vient, ne le faites jamais. Je vous préviens. 

 

Le Japon pour observer les grues mais pas n'importe lesquelles.  Cuba quand les Russes venaient encore, donc tout début de l’après révolution. Tombouctou la mystérieuse et les touaregs qui peuvent être très mauvais. 

 

J’oublie un autre détail « Même les cow girls ont du vague à l’âme » son second roman qui l’a rendu célèbre est un hommage aux femmes.

 

Bref Tom Robbins est un antidote contre la morosité.

Posté par winniethepooh à 08:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

28 août 2018

Grandes Plaines de Ian Frazier

41Lgim6WZiL

 

 

 "La beauté des plaines tient dans leur ciel, dans ce à quoi elles vous font penser lorsque vous les contemplez, et dans ce qu’elles ne sont pas »

 

 

Les grandes plaines qui s’étendent sur quatre mille kilomètres de long et mille de largeurs, on peut les observer à travers les hublots des avions qui les survolent.  Un territoire sans limites sans âme qui vive ou si peu. Bref pas de quoi fouetter un chat sauf emporter Ian Frazier qui lui est amoureux de cet immense horizon qui se traine des Usa jusqu’à l’intérieur du Canada. 

 

 

Qui sait ? vous apercerrez peut être les silhouettes fantomatiques des bisons et des indiens les chassant, les colons pleurant sur cette terre, des villes fantômes, des fermes à l’abandon. Beaucoup sont venus mais sont repartis car les plaines ne vous offrent rien. Elles n’ont besoin de personne. 

 

Ian Frazier repart dans les passé en arpentant ces vastes territoires. Il raconte les migrants à qui la compagnie de chemin de fer qui s’installait, leur offrait ou vendait pour une bouchée de pain des parcelles. Parcelles qu’il était impossible de cultiver. Ils peinaient, ils suaient et pour finir ils s’en allaient pour ne pas mourir de faim.

 

 

Il raconte, les troupeaux de bisons, les indiens et l’arrivée de l’homme blanc qui fit le commerce de la fourrure de ces bisons. Les hommes riches qui s’y installèrent pour faire fortune et chasser sans gloire juste pour le plaisir. La chute du cours de cette fourrure remplacée par une autre sur le marché. Ils partirent tous. Ne plus faire d’argent, c’est impensable.

 

Il raconte, le grand Crazy Horse, les réserves indiennes et la mort du guerrier. Libre jusqu’au bout. 

 

Il raconte cette ville qui fut fondée. par des noirs, oui des noirs rendus libres par la fin de l’esclavage mais qu’on persuada d’abandonner leur vie dans cette ville et d’aller ailleurs. Pourtant chaque année, une fête rassemble les deux communautés pour l’anniversaire de la fondation de la ville. 

 

Il raconte, la plus grande catastrophe écologique.

 

« Une grande partie des plaines resta sèche à cause des précipitations irrégulières, dans les années 1920. 1931 fut humide, et fut une bonne année pour la production de blé, mais mauvaise côté prix.  Puis en 1932, la pluie cessa. Les gens cultivaient les plaines depuis assez longtemps pour savoir que la sécheresse était cyclique. Mais cette fois, une grande partie des mottes d’herbe et de racines naissantes qui avaient maintenu le sol en place depuis la dernière période glaciaire disparurent »

 

 

Il raconte la tempête de sable de 1934 dans le Colorado, dans le Kansas partant vers le sud. La poussière se déposait partout même dans les rues de Chicago. Les fermiers partirent par milliers et ne revinrent jamais. Leurs propriétés furent racheter par de plus gros fermiers  mais personne ne voulut leur racheter. Le seul acheteur fut l’Etat qui laissa l’herbe y reprendre forme. 

On découvrit après la seconde guerre qu’une partie était au dessus d’une nappe phréatique qui lorsqu’elle sera complètement vidée, laissera à nouveau un paysage de désert. 

 

Il raconte, tous les missiles qui y sont plantés, pointés vers la Russie alors que ce sont les migrants russes, emportant leur blé du pays, qui ont réussi à en faire pousser. A présent, les missiles  ennemis se font face et patientent de jour en jour. 

 

 

Ce livre est passionnant outre le fait que Ian Frazier raccroche le passé à l’instant mais également par son humour surtout quand il décrit les personnages qu’il croise durant son périple. 

 

Un très beau voyage. 

 

 

Posté par winniethepooh à 12:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2018

La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan

51tQaoL5jyL

 

La guerre est aux portes de l’Angleterre. 

 

A Chilbury, tous les hommes sont partis et de ce fait la chorale est n’a plus lieu d’être. 

Une chorale sans homme impossible.

 

C’est compter sans les femmes qui remplacent les hommes dans tous le village donc une chorale de femmes est totalement réalisable. C’est une nouvelle venue Primrose Trent, professeur de chant, qui va insufflé le courage aux habitantes de persévérer  et de reformer la chorale.

 

Dans cette chorale, on peut découvrir Mrs Tilling, veuve dont le fils est parti pour cette maudite guerre.  Infirmière, elle ne supporte pas la nouvelle sage femme qui tente de prendre sa place dans la village.La dame timorée va se transformer en une personne qui décide de prendre des décisions. 

 

Les filles du châtelain du coin Venetia et Kytty. Chatelain qui ayant perdu son fils va combiner un horrible plan pour garder l’héritage dans la famille. Son fils ainé étant décédé et étant donné que seuls les mâles gardent la fortune, il faut absolument que sa femme, enceinte, mette un autre fils au monde. 

 

Venetia est une allumeuse et se pense la plus belle du village. Elle a décidé de faire craquer ce peintre qui habite à côté de son amie Hattie, institutrice du village et qui va devenir maman.

Sa jeune soeur Kitty rêve de devenir chanteuse. Elle écrit dans son journal tout ce qui se déroule à Chilbury.  

 

 

Un livre très agréable à lire et bourré de tendresse pour toutes ces femmes qui ont lutté durant la seconde guerre mondiale. Les hommes étant partis, il fallait que la vie continue. L'auteur s'est inspirée des récits de sa grand-mère qui a vécu dans un petit village du Kent. 

 

On découvre les petits secrets, les amours, les tristesses des habitantes. 

 

 Une organisation encourageait même tout un chacun à écrire un journal et l’organisation en publiait des extraits. J’ignorais tout à fait ce fait.

 

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 08:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 juin 2018

Brandebourg de Juli Zeh

9782330081966

 

« L’Unteurluten de Kathrin ne lisait pas le journal, ne regardait pas la télé, n’utilisait pas internet, ne s’intéressait pas à Berlin, n’appelait jamais la police et évitait tout contact avec le monde extérieur. Pour une raison simple : parce que le village aimait la liberté. Au cours des décennies de dictature socialiste, les gens s’étaient rendu compte que le pouvoir s’exerçait dans l’abstrait et l’irréel. Par conséquent, ils préféraient s’en tenir au réel et au concret. Ils n’offraient aucune prise à l’intimidation globale qui tenait l’ensemble de la planète sous sa coupe. Quand on ne lisait pas, ne regardait pas, ne cliquait et n’écoutait pas, on n’était pas gouverne, que ce soit par les politiques, par les informations, par la peur- ou par une combinaison de ce tout. »

 

Unterleuten, petit village dans la région de Brandebourg. Tout pourrait être paisible mais la haine entre deux hommes l’air depuis toujours.

 

Gombrowski dont la famille possédait les terres du village n’a jamais oublié le visage de Kon, lorsque tout a changé après la guerre. Le sol a été envahi par les russes et le socialisme s’est emparé de tout. Partage des terres, c’est ce que réclamait KOn lorsqu’il est venu un soir avec d’autres incidier leur grange. 

 

 

Gombrowski n’a jamais accepté de devoir se laisser piller de ces terres. Il est parti du village pour suivre des études et de retour, il a vite supplanté KOn à la coopérative. Il a tout repris en main et redonné vie au village. Ils leur sont tous redevables. Même Arne le maire.

 

Il n’y a plus de socialisme depuis longtemps, le mur étant tombé mais KOn ne l’a jamais accepté. 

 

Ces deux hommes âges se haissent.

 

 

Deux couples urbains sont arrivés depuis peu. Un ancien professeur et sa jeune femme. Parents d’une petite fille. Lui s’est entiché d’ornithologie et il fait partie de la société qui préserve la nature. Heureux au début, ils ont vite déchanté, le nouveau voisin ne cesse de brûler de pneus. Leur vie est un enfer.

 

Linda, elle n’a qu’une idée en tête. Faire venir son cheval dans un terrain proche de leur maison mais pour cela il faut ériger un mur de deux mètres et elle attend la décision. D’ailleurs sa vie n’est que décision selon le programme d’un haut gourou de la pensée dont elle dévore le livre. Ne jamais flancher, décrypter les autres. Etre la meilleure. 

Son compagnon Frederik est concepteur de jeux vidéos avec son frère. Unteurluten ne l’intéresse pas vraiment.

 

 

Meiler ne vit pas au village mais sur un coup d’envie à acheté pratiquement toutes les terres. Donc gros propriétaire.

 

 

Tout va basculer, lors d’une réunion pour l’affection du sol concernant des éoliennes. Les habitants comprennent très vite qu’ils n’ont pas le choix et que malgré leur désaccord, c’est l’Etat qui décide de tout. Mais à quel emplacement va t-on les dresser dans ce paysage campagnard ?

Là est tout l’enjeu.

 

Au lieu de s’unir, les habitants vont faire place à leur haine et les nouveaux couples  ainsi que Meiler vont former un élément perturbateur.

 

« Peut-être que Linda avait raison, songea Frederik : un foyer, ce n’était pas des immeubles de rapport et des tramways, mais une terre et un horizon ».

 

 

 

Roman très prenant d’un petit village perdu au fin fond de l’Allemagne. C’est avec allégresse que mur de Berlin est tombé en 1989 mais combien de drames se sont-ils déroulés suite à la réunification ? C’est essentiellement le thème de ce roman qui est excellent dans son suspense ainsi que dans son écriture.

 

A découvrir.

 

 

 

Posté par winniethepooh à 10:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


24 avril 2018

Le Pays de Marie Darrieussecq

51T0cOBlaqL

 

Après avoir émigré à Paris où elle fondé une famille avec Diego sous la forme de leur Tiot, elle décide de rentrer au pays. Ses parents y vivent toujours. Sa mère est une artiste internationale et son père vit dans une roulotte. Même divorcés, ils vivent l’un près de l’autre.

 

Avant son départ, elle va rendre visite à son frère adoptif, celui qui a pris la place de celui qui est mort, Paul. Pablo vit dans un hôpital psychiatrique. Pourquoi est-il devenu fou ? Impossible à comprendre. Il se prend pour le Général de Gaulle. Pourquoi ? Nul ne le sait. 

 

Donc la petite famille se rend dans le petit Pays où l’on parle encore l’ancienne langue, bordé par la mer.

 

Après l’euphorie du début, elle réalise que ce n’est pas facile de revenir. Elle se sent même chez elle, comme une exilée.

 

Elle ne comprend plus l’ancienne langue, ou si peu. 

 

Mais c’est là qu’elle désire que sa petite fille vienne au monde. Elle sait que ce sera une fille : Epiphanie. Elle se laisse porter par cette vie qui grandit dans son corps. 

 

 

Elle l’écrivain, veut écrire ce nouveau roman. 

 

 

Roman à deux voix. La sienne et celle qui raconte en parallèle.

 

Le petit Pays, c’est bien entendu le pays basque 

 

Marie Darrieussecq nous emmène encore et toujours pas de nombreux chemins qui se mêlent et s’entremêlent : de l’humour, de la poésie, de la science, de la métaphysique …etc. 

 

On aime ou pas. Tant pis, j’aime.

 

"Ici, on peut lire et travailler en n'ayant que les pierres, les arbre et l'eau autour de soi. Et du grand salon, on plonge dans le rectangle total de la mer. Ma mère dit qu'il faut un côté coeur quand on vit face à la mer, que la mer toute la journée rend fou. Son atelier donne sur le parc. Verre et métal. La maison miroite dans la maison, et ma mère toute la journée vit dans ce lieu qui semble fait pour des habitants mythologiques ("pour des parvenus" dit mon mari, qui n'a jamais vu maison maison plus prétentieuse."

 

Lu dans le cadre de

objectif-pal

 

Posté par winniethepooh à 11:35 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2018

Maria d'Angélique Villeneuve

maria

 

C’est à travers ce très beau roman, que je découvre l’écriture si poétique d’Angelique Villeneuve.

Conquise je suis.

 

C’est donc par un roman bien étrange que j’aborde cette écrivain. 

 

Maria  a perdu son mari assez jeune, elle a élevé sa fille seule et ensuite avec son nouveau compagnon William.

 

Tout va bien, elle est la grand-mère d’un petit Marcus. Elle lui a appris à aimer les oiseaux. Le petit est aussi passionné qu’elle.  Son travail : schampouiner et coloriser des têtes dans le salon de coiffure de Bernadette.

 

Tout va bien.  Oui mais.  

 

Sa fille et son gendre ont décidé que Marcus devait avoir le choix  de ce qu’il voulait être. Il veut porter des robes, pas de souci. Il veut poser du vernis à ongle, pas de problème. Il se nomme Pomme, la vie est belle. 

 

Maria encaisse car c’est son petit fils, donc Pomme ou Marcus elle l’aime de toutes les manières.

 

Quand le deuxième enfant vient au monde, les parents ont toujours l’idée de ce choix dans le futur pour l’enfant, donc ce sera le bébé. Fille ou garçon personne ne doit savoir.

 

William la quitte car lui ne supporte pas.

 

 

 

Un roman qui nous entraine dans le questionnement. Nous sommes dans une période où certains aimeraientt gommer la masculinité autant que la féminité. Pas d’inégalité. Et je m’interroge. Maria réagit selon son coeur de grand-mère.  Tant pis si elle n’est pas d’accord avec sa fille, ses petits enfants sont son trésor. 

 

Etre différent dans notre société complètement formatée n’est pas aisée. J’avoue que petite je rêvais d’être un garçon donc je grimpais aux arbres, je jouais aux autos mais j’étais une fille donc j’adorais les poupées. J’avais libre choix mais jamais je n’imaginerais que je puisse être un homme. A 55 ans, je ne me sens vraiment pas amoindrie par le masculin. Je suis leur égale un point c’est tout. 

 

Oui un livre qui questionne mais l’écriture est si belle ….et les oiseaux volent si haut, qu’on peut imaginer….

 

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 10:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2017

La voix de Cabo de Catherine Baldisseri

La-Voix-de-Cabo_C1-300x457

68

 

C’est à Cabo, village au bord de mer, où survivent quelques familles de pêcheurs, que Teresa emménage  suivant son mari Damaso, télégraphiste et gardien du phare où ils vont vivre.

 

 

 

Teresa aurait pu rester la Reine d’une brasserie de Montevideo, celle que son père Dario a créée mais l’amour change parfois le cours du destin.

 

Dès le premier jour, elle décide d’enseigner aux enfants de ce coin reculé.  

 

Quand Machado, inculte, analphabète décide de tenter sa chance. Il n’est qu’un chasseur de loup de mer mais il veut autre chose et il sait que Teresa le lui offrira. Apprendre à lire pour comprendre mais surtout pour que les enfants puisse avoir encore un gardien de phare. 

 

Dans le reste du pays, la révolte des Tupumaros commence à grandir.

 

Malheureusement, un soir, l’enfant de Teresa et Damaso, décède. Damaso habile de ses doigts pour les messages a perdu pied. Il devient fou et se tue.

 

Teresa pour ne pas complètement sombrer également dans la folie quitte Cabo. Elle désire que Machado la suive à Montevideo. Faire des études. Il en est capable.

 

Machado lui offrira un cadeau encore plus beau mais elle ne le saura que quelques années plus tard. 

 

 

Un très beau premier roman qui nous entraine aux extrêmes de la nature tout autant que de la vie.

 

Roman qui se lit très vite tant l’écriture est fluide mais petit bémol, aucun des antagonistes ne se détache plus que l'autre.. Ils font partie d’un tout. 

 

Roman de révolte, d’espoir et surtout d’amour pour les livres. Portrait d'une femme libre.

 

Une belle lecture

 

 

Posté par winniethepooh à 10:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

23 novembre 2017

Sauver les Meubles de Céline Zufferey

meubles

68

 

Que dire de ce premier roman « Sauver les meubles » de Celine Zufferey ?  Qu’on peut le lire en une heure et qu’on le termine sans état d’âme. Plaisant sans plus. 

 

Roman d’une solitude vite oubliée. 

 

Il rêvait d’être un photographe reconnu mais il n’en est rien.

Il dialogue imaginaire avec son père qui est placé en maison de retraite.

Il passe ses soirées à chatter sur des sites à caractère sexuel. 

 

 

En entrant dans l’entreprise, il imagine combler un vide. Il devient le photographe qui donne envie aux consommateurs d’acheter les meubles figés sur papier glacé. Frustration.

 

Il repère Nathalie qui pose comme mannequin sur les photos. 

 

Il rencontre durant une super soirée entreprise Christophe

 

Il va monter un site porno avec ledit Christophe 

 

Qui n’a jamais rêvé de changer sa vie ?

 

 

Fin du résumé. Rien à dire de plus.

Posté par winniethepooh à 09:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

21 novembre 2017

L'empreinte du passé de Patricia Wentworth

ww

 

James Hardwick a le coup de foudre pour la jeune Carmona Leigh en l’apercevant dans une loge de théâtre.  

Le colonel Trevor , ex tuteur de la jeune fille, apprend à James que Carmona est amoureuse d’un homme pas vraiment fréquentable : Alan Field.

 

James part un an à l’étranger sans avoir revu la jeune fille et par un hasard extraordinaire, lors de son retrour, il l’aperçoit dans un wagon dans le train parallèle au sien. La jeune fille pétillante dont il était tombé amoureux, ne porte plus que la tristesse sur son visage. Il sait qu’il doit l’épouser mais c’est Alan Field qui va lui passer bientôt la bague au doigt.

 

Et l’on retrouve Carmona à Cliff Hedge au coeur de l’été. Elle est devenue la femme de James après avoir été abandonnée par Alan le jour de leur mariage puisqu’il n’est jamais venu.

 

Dans la demeure de l’oncle de son mari, elle reçoit des amis. Tout se déroule bien jusqu’à l’arrivée d’Alan Field qui joue de son charme. Comme à son habitude, il a besoin d’argent et va jouer au chantage avec quelques membres.

 

Et ce qui devait arriver, arrive : il est assassiné.

 

 

Miss Silver n’est jamais loin, tricotant encore et toujours.

 

Posté par winniethepooh à 10:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :