02 juin 2015

L'enigme de Rackmoor de Martha Grimes

jury

 

Dans le village de Rackmoor à flanc de de falaise, la vie s’écoule pareille de jour en jour. 

Et pourtant la nuit des Rois, un événement va tout bouleverser : une femme est assassiné dans un des passages étroits des ruelles qui composent le village.

 

Le dernier à l’avoir vue vivante a cru à une apparition noyée dans les brumes et l’alcool.

 

La femme dont on découvre le corps se nomme Gemma Temple et prétendait être la pupille Dillys March disparue depuis des années de Titus Crael, le nobliau du village. 

 

Racer le chef tant de aimé de Jury l’envoie dare dare dans les brouillards du Yorkshire.

 

Jury ne sait pas encore qu’il va y retrouver son ami Melrose invité de Titus Crael.

 

 

Je ne me lasse pas de lire, relire et relire les livres de Martha Grimes car même si l’auteur est américaine, elle  a réussi à rendre une atmosphère made in English que ne renierait pas Agatha Christie.

 

Mais surtout Jury et Melrose sont attachants. La tante de Melrose, Agathe, casse pied véritable, on s’y fait à la longue. 

 

Et puis les chiens qui rient, les enfants qui se suffisent à eux-mêmes et qui n’ont pas leur langue en poche, le tout m’enchante.

 

 

Posté par winniethepooh à 11:54 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


22 mai 2015

La fille du train de Paula Hawkins

HawkinsTrain_3d

 

On n'en lit que de bonnes critiques comme si c'était le thriller de l'année. Il ne faut tout de même pas exagérer. Un bon thriller oui mais pas exceptionnel et trop long. 

 

Rachel prend le train tous les matins et adore regarder durant le trajet la vie dans les maisons. Elle s'est prise d'affection pour un couple qu'elle nomme Jess et Jason. Leur maison,  elle la connait de vue car lorsqu'elle vivait avec Tom, la sienne était à quelques mètres de là. Tom y vit à présent avec Anné et leur petite fille Evie.

Rachel n'a plus de boulot mais tous les jours elle fait le trajet comme si elle allait travailler. Elle s'enfonce dans l'alcool. Alcool qui faisait partie de son existence lors de son mariage car son désir d'être mère n'était pas exaucé. Un manque qu'elle comblait par la bouteille et sa vie présente étant un fiasco, elle conitnue.

Un jour, à travers la vitre du train, elle réalise que l'homme qui est dans le jardin de Jess qui se nomme en fait Megan n'est pas son mari Jason qui lui porte le prénom de Scott.

Ensuite Megan disparait.

Rachel décide de découvrir la vérité. 

 

Le choeur des trois femmes constitue le roman. Elle racontent tour à tour les événements afin que l'on découvre leurs secrets.

Le personnage de Rachel est bien souvent agaçant, cette façon de se mêler de la vie des autres est exaspérante. 

Le scénario est cousu de fil blanc et l'on comprend très vite qui est le ou la coupable. La faiblesse c'est qu'aucune explication n'est donnée sur son comportement.

J'avoue que j'ai été aspirée au début, lecture dans le train. Et durant le chemin du retour, j'ai passé des pages afin de lire plus vite le dénouement.

Il y a des thrillers qui m'empêchaient de dormir. On est en loin....

 

 

 Cathulu est bien plus enthousiaste que moi

La fille du train

"Pour la première fois depuis bien longtemps, je m'intéresse à autre chose qu' à mon propre malheur. J'ai un but.Ou, en tout cas, une distraction." Par la fenêtre de son train de banlieue du matin, ou du soir, Rachel observe les habitants d'une maison située en bord de voie.

http://www.cathulu.com

 

Posté par winniethepooh à 18:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

08 avril 2015

La nouvelle vie d'Arsène Lupin d'Adrien Goetz

9782246855712-X

 

C'est le plus grand roi des voleurs, oui mais c'est un gentleman. Vous pensiez qu'il avait pris sa retraire, envolé, caché dans son aiguille creuse, en fermé au Clos Lupin. Pas du tout, Arsène est de retour.

Sous la plume virevoltante d'Adrien Goetz, il séduit, s'escamote, se déplie, se faufile. Il est partout et nulle part. Il facebook, car il faut être de son temps malgré que cette envie de virtuel des nouvelles générations l'ennuie. Et oh il déprime ! mais non Arsène, et il se reprend très vite pour redevenir le plus grand des voleurs.

 

Mais là je m'égare cart tout commence le jour de l'inauguration des statues de la facade de la cathedrale de Strasbourg. Les statues ! Quelles statues ! Elles ont toutes disparus. 

Sur la place, un jeune homme du nom de Beautrolet assiste à la magie. Paul Beautrolet pas Aristide, vous savez celui que Lupin tentait d'associer à ses méfaits et que je trouvais si beau sous les traits de Bernard Giraudeau (voir les feuilletons pour apprécier) . Non Paul, le descendant. Il a déjà eu le regard attiré par une femme qui se révélera être La Cagliostro et oh un homme l'accoste qui se prétend être Lupin. 

Le jeune homme qui a découvert que grâce au miel des abeilles, la vie pouvait être éternelle (lire le livre pour explications) , pense d'abord à un usurpateur, pour se laisser convaincre peu à peu. D'association, il n'est en pas question jamais au grand jamais. Diantre, il est aussi dur à cuire qu'iSidore ce Paul. 

Le jeu du chat et de la souris peut commencer. 

 

Quel plaisir de retrouver Arsène Lupin, le cambrioleur qui a baigné mon enfance. De plus, Adrien Goetz y évoque les aventures écrites par Maurice Leblanc. Humour, aventure, tout le monde d'Arsène Lupin se révèle pour notre plus grande joie.

Et l'on aime imaginer qu'Arsène ne nous quittera plus.

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 05:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

26 mars 2015

La pomme d'or de Rocamadour de Jean Pierre Allaux

La_Pomme_d_or_Rocamdour

Quand Séraphin Cantarel et son assistant Théo Trélissac partent à l’assaut de cette vertigineuse « citadelle de la foi » qu’est Rocamadour, il s’agit avant tout de rapatrier le fameux musée d’art sacré dans le giron de l’État.

Les trésors accumulés au fil de l’Histoire sont en danger dans ce palais épiscopal vulnérable et géré par des « rats de bibliothèque », dont les intentions ne sont pas toutes avouables. Encore faut-il convaincre le clergé de renoncer à ces reliques faites d’or et d’argent ! La mission pour Cantarel s’annonce délicate.

Tout se précipite quand « La Pomme d’amour », une œuvre d’art en or massif, l’incarnation du péché originel mais aussi le symbole de la fécondité, est dérobée dans d’étranges circonstances… (quatrième de couverture)

 

Jean Pierre Allaux nous a déjà entrainé à Albi, Cordouan, Reims et Mont Saint Michel, au tour de Rocamadour. Auteur de la série policière "le sang dans les vignes", cela fait  quelques années que je suis les péripéties de Séraphin Cantarel qui nous entraine dans le monde des musées. Le premier roman débutant dans les années septantes et nous en sommes déjà au début des années quatre-vingts. 

Livres très plaisants à lire surtout si l'art vous intéresse. De plus, les personnages sont sympas et bourrés d'humour. 

 

Posté par winniethepooh à 08:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2015

L'indien blanc de Craig Johnson

indien

 

Quel plaisir de retrouver à nouveau Walt Longmire.

 

Le roman ne se déroule pas dans le Wyoming mais dans la ville de Philadelphie. 

Henri, l’Ours, doit y présenter une expo de photos et donc Walt en profite pour l’accompagner afin de revoir sa fille Cady, devenue avocate. Et comme de bien entendu, le Chien est de la partie.

 Il est prévu qu’il y rencontre la mère de Vic, son adjointe, le premier soir. Il espère également rencontrer l’homme que sa fille aime Devon, avocat comme elle. 

 Cady le prévient qu’elle sera là très tard. Cady n’arrivera jamais le rejoindre dans l’appartement. Elle a été agressée et est tombée dans le coma.

S’ensuit des heures de détresse, Cady pourra- t- elle encore vivre comme avant ? Il faut attendre…

 En parallèle des flics de Philadelphie, Walt va mener son enquête. Il soupçonne Devon qui va être assassiné, lancé du haut d’un pont.

 

Toute l’affaire tourne autour d’un trafic de drogue tandis qu’un mystérieux indien blanc protège à distance Walt ….de ses folies.

 

 

Posté par winniethepooh à 08:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


08 mars 2015

Temps glaciaires de Fred Vargas

temps-glaciaires

 

Ils sont tous au rendez-vous Adamsberg de bien entendu, Danglard et Rotaincourt ainsi que le reste de la brigade.

C'est un collègue qui va faire appel à Adamsberg. Bourlin n'est pas d'accord sur un suicide, il est persuadé qu'il se cache un assassinat derrière l'afaire du 33 bis. Alice Gauthier s'est tailladé les veines dans sa baignoire mais que vient faire ce signe...Danglard est réquisitionné, l'érudit comprendra ...

Adamsberg est d'abord dubitatif jusqu'au jour où Marie-France franchit les portes du commissariat. Elle se morfond car elle est persuadée qu'elle est la fautive de la mort de la vieille dame. La lettre, elle n'aurait jamais du poster la lettre. Adamsberg s'éveille...

D'autant qu'un autre suicidé se présente à l'horizon dans un lieu nommé le Creux. Suicide. Et toujours ce même signe en cherchant bien.

Adamsberg ne sait pas à cet instant qu'il va partir en Islande et qu'il va croiser Robespierre....

Que dire du nouveau Vargas ?

Que je ne l'ai plus laché dès les premières lignes...

Que l'on retrouve le vrai mystère en Islande comme Vargas sait si bien le dessiner.

Que Marc le sanglier, aah Marc, on l'aime tout de suite. Inoubliable.

Que, adoratrice de l'Histoire avec le grand H, je me suis régalée des personnages de Robespierre, Danton, Camille Desmoulins ben je l'aime moins à présent.. Là le bât blesse car celles et ceux qui n'aiment pas l'Histoire....Rien à faire, vous n'y échapperez pas. 

Que Danglar pense à trahir Adamsberg, pas bien cela. 

Et pour résumé le tout que question assassin, Vargas va vous tourner en bourrique comme elle le fait avec son commissaire fétiche.

Mais après tout, l'essentiel c'est de pelleter les nuages n'est-il pas ?

 

1365160280-grimsey_viti

 

Ile de Grimsey

 

Posté par winniethepooh à 05:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

20 février 2015

Deux veuves pour un testament de Donna Leon

9782757829622

 

C'est une voisine qui a découvert la vieille dame. Le hasard désigne Brunetti tout heureux d'échapper au repas en compagnie de Pata son supérieur.

Apparemment, la femme a succombé à une crise cardiaque, tombée sur le radiateur mais pourquoi ces bleus au niveau de ses épaules ?

De plus, la réaction du fils qui a l'air soulagé de cette mort naturelle, intrigue Brunetti.

Alors non officiellement, il va enquêter puisque meurtre n'est pas déclaré. Il va apprendre que la vieille dame appartenait à une association qui aide les femmes battues et en accueillait dans son appartement.

Elle visitait également de vieilles personnes dans une maison de repos et tous sont unanimes sur la gentillesse de cette femme et l'écoute surtout.

Lors d'une visite à une de ces pensionnaires, Brunetti est confronté à l'agressivité de son mari. 

Il n'en faut pas plus pour que le commissaire fouille un peu plus....

 

Il faut l'avouer, dans les romans de Donna Léon, il ne se passe rien. Ceux qui aiment les livres policiers avec action auront difficile à accrocher et pourtant il s'en dégage un tel humanisme, qu'on ne peut que l'aimer Brunetti. Et au fil des romans, il devient même de plus en plus philosophe, il se révolte moins. Il aime les autres en un mot.

 Mais surtout, qu'il est agréable de découvrir Venise en sa compagnie et de deguster les petits plats de son épouse Paola rien qu'en pensée. Un rayon de soleil en plein hiver.

 

 

 

Posté par winniethepooh à 11:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2015

Les démons sont ici de Craig Johnson

0848-cover-hell-543e672103c85

 

 

Raynaud Shade, psychopathe notoire, à moitié de sang indien, a été capturé. Longmire est chargé avec son coéquipier basque de le conduire avec deux autres prisonniers vers les Bighorn Moutains là où il prétend qu'il a enterré un corps. Pour corser le tout, blizzard sur toute la ligne.

Là haut, rendez vous est pris avec des agents du FBI. Quand Longmire arrive c'est tout une smala de policiers qu'il découvre. Avec stupeur, il apprend que le corps enterré à cet endroit n'est autre que celui du petit fils de Virgil, l'indien géant, le sociopathe de service. Virgil a qui il a sauvé la vie précédemment. 

 

Pas moyen de creuser dans la terre, le sol est trop gelé. Longmire est prié de retourner chez lui, on n'a plus besoin de ses services mais à mi chemin notre homme entêté décide de remonter comme s'il avait un sixième sens. Son équipier lui confie l'enfer de Dante et son portable. 

De retour au point de rendez vous, Longmire ne découvre que des cadavres, Raynaud Shade s'est enfuit emmenant des otages.

 

C'est le départ pour Longmire vers la route de l'enfer....Shade doit absolument être abattu.

 

Craig Johnson entraine son héros dans un cercle infernal parsemé de neige, de froid, de vent, de tueries, d'incendie. Longmire réchappe à la mort à plusieurs reprises. Il était déjà cabossé, il va encore s'en prendre des raclées. Il est accompagné par Virgil qui surgit à chaque fois que la vie va lui échapper. 

Un roman sauvage tant du côté des hommes que de la nature. Avec quelques notes de douceur lorsque Longmire et Virgil affublé d'une fourrure d'ours, parlent lecture...

La poursuite de Longmire est parsemée de petits textes pour que l'on comprenne comment un enfant si doux à pu devenir un psychopathe à un oeil..

 

 

Génial comme d'habitude....et c'est là que tout se passe

Big_horn_mountains_0

 

 

Posté par winniethepooh à 17:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2015

Le camp des morts de Craig Johnson

morts

 

Vingt-trois ans qu’il est dans la police au fond de son Wyoming, cela use…C’est bientôt Noel. Caddy sa fille revient pour l’occasion. Sa maison n’est pas encore terminée. Bon bref, pas vraiment le bonheur mais on s’y fait.

 

De temps en temps, il va visiter l’ancien shérif Lucian Connally à la maison de retraite. Connally est amputé d’une jambe et adore jouer aux échecs. De plus, il en connait un bon bout sur toutes les affaires après toutes ces années.

 

Lors d’une de ces visites, Longmire voit une ambulance s’en aller  et chose incroyable assiste à une altercation entre Lucian et un employé. Lucian hurle et lui crie que la femme que l’ambulance emporte avait été sa femme.

 

Lucian va lui apprendre qu’il avait été fou amoureux de Mari Baroja, originaire d’une famille basque. Ils furent mariés durant trois heures car les frères et le père de sa femme vinrent lui casser la figure et il ne l’a plus jamais revue 

Lucian déclare que Mari a été assassinée.

 

Et voilà Longmire entrainé dans une aventure vieille de plus d’un demi siècle et qui n’est pas synonyme de bonheur. Il y entraine son amiHenry Standing Bear, l’indien si fier. Etre aidé c’est tellement si simple surtout par le géant.

 

La neige tombe, des tentatives d’assassinat et d’autres qui ne sont pas tentatives. Un véritable parcours du combattant cette enquête.

 

« Je regardai la sauge se cramponner à ses racines pour résister à la force du vent de nord-ouest, avançai sur la route qui suivait les collines et descendis dans la vallée des quatre frères et de l’unique fille perdue. Je boutonnai mon manteau, remontai mon col en peau de mouton et enfonçai mon chapeau sur ma tête. Le soleil déclinait peu à peu et la température chutait rapidement; je commençais tout juste à entendre les petites voix qui se mettent à parler quand vous êtes à un endroit où vous n’êtes pas censé être , où personne ne sait que vous vous trouvez et où le temps commence à se gâter »

 

 

Même si je suis adoratrice de Longmire et de son ami Henri, bizarrement ce n’est que le troisième roman que je lis. Little bird a déjà été relu et encore relu, Molosses  le dernier oui dévoré. Je prends le temps. Pas de boulimie. Je sais que Walter et Henri se promènent dans les hautes plaines, tout en buvant et se chamaillant. Alors pourquoi se presser ?

 

mort2

 

Posté par winniethepooh à 11:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

07 décembre 2014

Une main encombrante de Henning Mankell

9782021140132

 

"Un court instant, il fut tenté de se lever de partir. Sortir de ce bureau, prendre sa voiture et quitter la Scanie et ne jamais revenir.Mais il était trop tard dans sa vie pour les grandes ruptures. Il le savait. Au mieux, il trouverait un jour"sa" maison et il achèterait un chien. Et peutêtre recontrerait-il une femme susceptible de de venir la compagne dont il avait tant besoin. Linda avait raison. Il était en train de devenir vieux. Un vieux bien sec, bien morne, bien acariâtre".

 

Wallander est fatigué. Déjà trente ans, qu'il pratique son métier de policier. Sa vie ne ressemble à rien. Malgré que Linda sa fille, vive avec lui, il se sent bien seul comme si ses journées lui échappait. 

En son premier jour de congé, son collègue Martinson, lui propose d'aller voir une maison à la campagne. Wallander en rêve depuis si longtemps. Mattirson lui propose la maison d'un cousin de sa femme dont la demeure est en vente, non loin de celle où vivait le père de Wallander.

Wallander s'y rend, visite, s'imagine mais une chose le chipote et il décide d'aller revoir l'endroit dans le jardin où il a buté contre quelque chose.

Ce quelque chose, est le squelette d'une main. 

Wallander prévient ses collèges et point de vacances car il veut absolument savoir l'identité des deux squelettes enterrés dans le jardin, d'on l'un apparemment a été étranglé.

Le seul problème, c'est que ces squelette datent d'il y a au moins cinquante ans, donc durant la guerre...

Je l'avais un peu abandonné au bord du chemin ce cher Wallander tant aimé. Cette enquête précède en réalité le dernier opus de Wallander. On y ressent la fatigue d'un homme qui se sent peu à peu vieillir, qui regarde ces années passées et qui ne découvre que du sable entre ses doigts. On l'en aime encore davantage.

Après la partie romancée, Henning Mankell explique la naissance de Wallander dans les années soixante...et qu'il ya sûrement du Wallander en lui mais qu'il n'est pas Wallander, loin de là....

 

 

 

Posté par winniethepooh à 16:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :