10 octobre 2014

Cevdet Bey et ses fils de Orhan Pamuk

product_9782070137930_195x320

 

Cevdet Bey est un homme heureux. Son commerce fonctionne parfaitement. Il est fiancé et sait exactement dans quelle maison il vivra avec sa future femme : dans le quartier occidental de Nisantasi. Autour de lui, l'Empire Ottoman est critiqué de toutes parts. Le sultanat devient moribond. On parle même d'attentat.

Les années passent, la Turquie a changé de régime. La fête du sacrifice  réuni toute la famille qui vit dans la même maison. Osman le fils ainé. Refik le cadet et la fille Ayse. Assises  autour de la table également les deux belles filles et les petits enfants. Cevdet Bey est toujours heureux, il va écrire ses mémoires. 

Durant le diner, Refik attend avec impatience ses amis, Omer, imbus de sa beauté et Muttihin le poète qui s'il ne réussit pas à devenir célèbre se donnera la mort à trente ans.

Les trois hommes aiment parler durant des heures. Ils cherchent du sens à leur vie Bien plus proches du mode occidental durant ces années qui précédent la seconde guerre mondiale. 

Au fil des années, ces amis vont s'éloigner.Refik après avoir quitté femme et enfant, reviendra dans le giron familial. Il va écrire un livre sur une réforme agraire dont personne n'en trouve l'utilité. Omer qui voulait devenir un Rastignac, optera pour la propriété terrienne dans une région isolée et Muhhitin deviendra nationaliste avant de se faire rejeter par ceux qui l'avaient appelé à les suivre.

Le commerce deviendra une entreprise d'ampoules qu'Osman dirige encore et encore.

Ahmet, le fils de Refik est un peintre dans une Turquie qui continue à changer. Il désire réaliser le portrait de son grand-père Cevdet. Il retourne vers ses origines. Nous sommes dans les années septantes. On parle de coup d'Etat.

Quel enchantement de découvrir cet auteur. Tout en suivant la vie des personnages, on découvre l'histoire de la Turquie durant une certaine période,  on remarque la transformation d'un quartier. 

Un chapitre m'a heurté car il est tellement d'actualité. Il est tenu dans ces lignes un discours nationaliste qui tend à engager Muhhitin. Le même discours qu'un djihadiste pourrait tenir pour recruter un jeune à notre époque. Très troublant ce morceau de roman dans son réalisme.

Un très grand roman dont l'écriture est fluide et tellement belle. Premier roman d'Orhan Pamuk et je vais m'empresser de lire ceux qu'il a écrits par suite.

 

 

Posté par winniethepooh à 21:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


09 octobre 2014

Ben oui je boude...

DSC01582

Posté par winniethepooh à 05:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Le tableau du jeudi David Hockney

david hockney

Posté par winniethepooh à 05:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DSC01544

Posté par winniethepooh à 05:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2014

Vestiges

DSC01548

Posté par winniethepooh à 05:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Une histoire d'amour

DSC01545

Posté par winniethepooh à 05:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 octobre 2014

La planteuse de poésie

DSC01539-001

Posté par winniethepooh à 05:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Elles sont si belles les dernières...

DSC01578

Posté par winniethepooh à 05:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

05 octobre 2014

Le porteur de fleurs

DSC01572-001

Posté par winniethepooh à 05:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La cousine d'Amélie

DSC01564

Posté par winniethepooh à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :