19 décembre 2008

Henri Herbert La Thanghe

Sans_titrehznry_herbert_la_tanghe

Posté par winniethepooh à 05:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


18 décembre 2008

4f05i4obrx1

Hier matin, descendant du train, il me semblait bien que j'avais oublié... damnation mon livre!!!

"La vie rêvée de Séraphine de Senlis" s'en allait vers la Flandre, à Anvers.  J'imagine qu'il aura fait le bonheur d'une autre lectrice ou lecteur. Perdue dans mes rêves, j'en abandonne même mes plus fidèles compagnons sur la banquette d'un wagon.

Ayant terminé mon travail à 13h comme chaque jeudi, je pars bel et bien à la chasse aux cadeaux cet après-midi.

Bonne journée!

ang21

Posté par winniethepooh à 06:00 - Commentaires [9] - Permalien [#]

Rûmî, Djalâl-ud-Dîn


Tout est un, la vague et la perle,

la mer et la pierre.

Rien de ce qui existe en ce monde

n'est en dehors de toi.

Cherche bien en toi-même

ce que tu veux être puisque tu es tout.

L'histoire entière du monde sommeille

en chacun de nous.

Posté par winniethepooh à 05:46 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

DStudy

Posté par winniethepooh à 05:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DSC03421

Posté par winniethepooh à 05:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Christian Krohg

Christian_Krohg_Sovende_mor_med_barn_1883

Posté par winniethepooh à 05:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

On ne peut y échapper

DSC03508

collage7_1

Posté par winniethepooh à 05:26 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

17 décembre 2008

Elégie du matin 


Au début, j'avais promis de me taire

Mais plus tard, au matin,

Je vous ai vus sortir avec des sacs de cendre devant les portes

Et la répandre comme on sème le blé ;

N'y tenant plus, j'ai crié : Que faites-vous ? Que faites-vous ?

C'est pour vous que j'ai neigé toute la nuit sur la ville,

C'est pour vous que j'ai blanchi chaque chose toute la nuit - ô si

Vous pouviez comprendre comme il est difficile de neiger !

Hier soir, à peine étiez-vous couchés, que j'ai bondi dans l'espace

Il y faisait sombre et froid. Il me fallait

Voler jusqu'au point unique où

Le vide fait tournoyer les soleils et les éteint,

Tandis que je devais palpiter encore un instant dans ce coin,

Afin de revenir, neigeant parmi vous.

Le moindre flocon, je l'ai surveillé, pesé, éprouvé,

Pétri, fait briller du regard,

Et maintenant, je tombe de sommeil et de fatigue et j'ai la fièvre.

Je vous regarde répandre la poussière du feu mort

Sur mon blanc travail et, souriant, je vous annonce :

Des neiges bien plus grandes viendront après moi

Et il neigera sur vous tout le blanc du monde.

Essayez dès à présent de comprendre cette loi,

Des neiges gigantesques viendront après nous,

Et vous n'aurez pas assez de cendre.

Et même les tout petits enfants apprendront à neiger.

Et le blanc recouvrira vos piètres tentatives à le nier.

Et la terre entrera dans le tourbillon des étoiles

Comme un astre brûlant de neige.

Ana Blandiana

Posté par winniethepooh à 06:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Bonne journée

9mww69xh

Posté par winniethepooh à 06:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Hortense Dufour La Comtesse de Ségur née Rostopchine

Le 1er août 1799, à Saint Pétersbourg,  naît une petite fille qui reçoit le doux prénom de Sophie. Elle est le fruit de l'union entre Fédor Rostopchine et Catherine Protassov. Fédor est d'emblée fou d'amour pour sa petite fille. Amour que ne partage pas Catherine qui n'a que faire de ce mari qu'elle méprise mais surtout de ce bébé. Seuls ses perroquets comptent ainsi que ses parquets cirés.

C'est lors d'un exil décrété par le Tsar Pierre 1er que Fédor va décider d'acheter le domaine de Voronovo. Il y emmène toute sa famille. Sophie va y grandir entourée de l'amour d'un père bien souvent absent et d'une mère qui l'humilie à chaque instant et qui la fouette dès qu'elle commet une bêtise. La petite est habillée de la même façon autant l'hiver que l'été. Lorsque sa mère l'emmène en promenade, la petite doit se hâter car les loups pourraient la capturer si elle ne suit pas le rythme de Catherine.

Catherine décide en cachette de son mari de parjurer l'Eglise orthodoxe en se convertissant au catholicisme. Cette femme devient de plus en plus dévote, prie sans cesse et tourmente ses enfants pour qu'ils adoptent la religion de leur mère.

Sophie assiste à une scène qui la marquera. Sa soeur étant près de la mort, sa mère lui enfourne une hostie quitte à l'étrangler afin qu'elle devienne une bonne catholique.

Lorsque Napoléon pénètre en Russie, Fédor Rostopchine est délègué par le Tsar Alexandre 1er afin de défendre Moscou contre le tyran. Rostopchine aura cette idée terrible : incendier Moscou. Les Russes lui en tiendront rancune et afin de se disculper face à ses futurs détracteurs, il mettra lui même le feu à sa proprité de Voronovo. Jamais il ne guérira de cet acte. Sophie assistera de loin à l'incendie et ne l'oubliera jamais elle non plus.

Elle grandit autour de ses frères et soeurs jusqu'à un voyage à Paris où elle rencontre Eugène de Ségur.

Le jeune homme séduit par la dot de Sophie va lui faire la cour, Sophie toute nâive tombe amoureuse et peu de temps après c'est le mariage.

Le couple va vivre à Paris où Sophie s'ennuie à périr car son mari très bel homme est volage. Pour oublier ses malheurs conjugaux, Sophie va s'évader dans la maternite : Gaston, Renaud, Anatole, Edgard en premier et ensuite toutes les filles Nathalie, Sabine et Henriette jumelles. Olga.

Son père Fédor, la voyant malheureuse, va lui faire le plus beau des cadeaux : lui offrir une somme d'argent qui lui permettra d'acheter une  proprieté en Normandie : Les Nouettes.

Les Nouettes sera le lieu de prédilection de Sophie avec les enfants. Promenades, jeux, courses d'ânes, jolies histoires contées les jours de pluie.

Ses fils lui sont enlevé petit à petit par Eugène car l'éducation des garçons relève des hommes et non des femmes. Ils sont donc envoyés en pension. Lorsque son premier petit Gaston s'en va ce sera un déchirement pour Sophie. Elle va tomber dans la dépression, perdre sa voix par moments.

Par contre, ses filles seront toujours auprès d'elle car une fille n'intéresse pas un père à cette époque. Juste bonnes à être éduquées afin de les marier.

L'avènement de Napoléon III sera accompagné de la révolution industrielle et donc du chemin de fer.

L'éditeur Hachette a depuis longtemps l'idée de vendre des livres aux enfants et ce dans les gares.

Il en parle à Eugène qui pense immédiatement à sa femme qui aime tant les historiettes.

Sophie acceptte....et elle ne cessera d'écrire jusqu'à ce que sa santé décline.

segur

A notre époque, beaucoup critiquent les histoires de la Comtesse de Ségur car surannées. Pour ma part, la Comtesse de Ségur tient une place importante car le premier roman que j'ai dévoré toute seule à l'âge de 6 ans est un des siens "les bons enfants". Livre doré sur tranche, couverture rouge, vignettes magnifiques à chaque page car ce livre appartenait à ma maman dans son enfance.

Dans chacun de ses livres, Sophie de Ségur, s'inspire de la vie qui l'entoure, des personnages qu'elle cotoie. On y retrouve son père, sa mère, son mari, ses enfants, ses petits enfants etc.

Elle fut l'une des premières femmes à se battre afin de toucher elle même les comptes d'auteur provenant de la vente de ses romans. A l'époque, seuls les maris avaient tous les droits et Sophie va se battre contre Eugène afin d'acquérir sa liberté financière en touchant elle même ses avances sur compte d'auteurs. Ce qui lui permettra de gâter ses enfants, ses petits enfants ainsi que ses arrières petits enfants car Sophie vit à travers eux.

Dans "les malheurs de Sophie", elle retranscrira toute son enfance lorsqu'elle se faisait brîmer dès qu'elle comettait une bêtise. Elle n'a pas reçu d'amour de sa mère, elle en donnera sans compter à ses propres enfants.

Elle va connaître la joie d'être grand-mère après avoir connu le désespoir d'une mère voyant peu à peu son fils Gaston perdre la vue. Gaston qui a épousé. la religion ainsi. Sabine deviendra religieuse également.

Certains de ses petits enfants vont également décéder mais elle restera solide comme un roc pour toute sa famille.

Elle vendra les Nouettes à la fin de sa vie découvrant que sa propre descendance à osé le dénaturer en coupant tous les arbres qui le bordaient. L'argent qu'elle en obtiendra sera encore destiné à des petits enfants.

De nos jours, ses livres sont encore édités.

Posté par winniethepooh à 05:26 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :