27 septembre 2018

Minuit sur le canal San Boldo de Donna Leon

Minuit-sur-le-canal-San-Boldo

 

 

Je les guette les enquetes du commissaire Brunetti. Cette dernière est excellente donc bonheur complet.

 

 

Brunetti et son épouse sont conviés à un repas organisé par la meilleure amie de la Comtesse Falier belle mère du commissaire. Cette amie est une mécène pour restaurer les arts dans la ville de Venise : la Comtesse Lando-Continui. 

 

En fait la Comtesse voulait rencontrer Brunetti pour lui confier une enquête : sa petite fille, il y a 15 ans a failli se noyer, sauvée d’extreme justesse par un clochard, elle vit encore mais son cerveau a été atteint et elle reste à l’âge mental de 7 ans. On a parlé de suicide mais la Comtesse veut comprendre ce qui s’est réellement passé ce jour là.  D’autant que sa petite fille avait peur de l’eau ayant failli se noyer plus jeune, donc elle ne s’en approchait plus. 

 

 

Patta « son chef bien aimé », donne son accord pour réouvrir l’enquête après un plan diabolique échafaudé par le commissaire flattant l’égo de son supérieur.

 

Brunetti, consultant l’ancien dossier médical de la jeune fille, constate qu’elle avait été violée mais dans la famille personne n’en est conscient apparemment, la jeune fille ne s’en rappelant pas.

 

Et voilà que le clochard alcoolique qui avait sauvé la jeune fille est découvert assassiné.

 

 

 

Heureuse de retrouver Venise et les questions de Brunetti.. Et en arrière fond, Donna Leon évoque les réfugiés qui vivent dans la ville des Doges, la malhonnêteté des édiles politiques, le détournement d’argent etc etc.

 

Posté par winniethepooh à 10:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :


11 juin 2018

La pension de la Via Saffi de Valerio Varesi

51m3OtpiVjL

 

 

Si je devais définir Soneri, je dirais que c’est un mélange entre Brunetti et Maigret. Tout en psychologie et patience. 

 

Peu de jours avant Noel, une dame âgée demande à voir Soneri à la questure de Parme. Il s’en contrefiche et c’est son adjoint qui la reçoit. Elle vient déclarer que Ghitta Tagliavini ne répond plus quand on sonne chez elle. Qu’il est surement arrivé un malheur.

 

Curieux Soneri, lorsqu’il entend le mot Via Saffi, se précipite chez son adjoint et reconnait la vieille dame, celle qui louait des chambres quand , dans la pension qu’il occupait, rien n’était libre.

 

La vieille dame le reconnait mais ne dit rien et s’en va.  Soneri veut la suivre mais elle a disparait. 

 

Ses pas le mène vers cette pension où jeune étudiant, il avait rencontre Ada, la femme de sa vie dont il porte le décès sur ses épaules.

 

La femme disparue, n’est en fait que la logeuse qui accueillait tant d’étudiants. Ils la considéraient comme leur maman de substitution. 

 

Soneri va replonger dans le passé mais bien vite va comprendre que Ghitta n’était pas cette femme au grand coeur qu’il imaginait. Ne louant plus à des étudiants, sa pension servait de maison de passe et elle adorait l’argent en tant qu’usurière.  Elle pratiquâit également des avortements lorsqu’il vivait dans la pension mais il n’en avait jamais rien su.

 

Et cette photo qu’il découvre : Ada enlaçant un autre jeune homme. C’est un gouffre d’interrogations qui plonge Soneri dans la stupeur. 

 

Angela, sa maitresse, tente de lui faire lâcher prise avec le passé mais il veut savoir la vérité concernant ce qu’Ada lui a caché tant d’années. 

 

En paralelle, il continue son enquête. Cela le mène vers la politique rouge de l’époque. Les communistes révolutionnaires. 

 

`

« Dans le brouillard, le clocher du Domo et les flèches du baptistère donnaient l’impression d’être amputés.  De temps à autre, une voiture annoncée par le bruit de son moteur ou quelques bicyclettes silencieuses qui couraient vers le centre en route libre surgissaient de la grisaille. Soneri décidé d’apaiser ses angoisses devant un plat de tortelli aux blettes et le dialecte ouvert, un rien vulgaire, d’Alceste. Le Milord exagérément ancré dans la tradition, le rassurait et suspendait ses fluctuations d’identités. »

 

Posté par winniethepooh à 09:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :