09 août 2016

L'homme qui fuyait le prix Nobel de Patrick Tudoret

gg

 

Tristan Talberg s’est retiré de tout plaisir depuis la mort de sa femme Yseult, survenue il y a cinq années. Il a décidé de ne plus écrire, vit comme un reclus et porte un regard aigri sur les humains.

Alors quand il est choisi comme prix Nobel, il décide de fuir. 

 

Pour échapper aux journalistes qui sont à sa recherche, il demande à un couple d’amis de le cacher mais la venue d’un journaliste le décide à prendre vraiment le large.

 

Il se coupe cheveux et barbe et en avant pour la grande aventure.

 

Il décide de se rendre à Puy-en Velay mais la rencontre avec un soeur dans le train va le conduire à Monastier-sur-Gazeille. Il se rappelle que Louis Stevenson a commence son voyage dans les Cévennes à partir de ce village et emporte le livre dudit écrivain. 

 

 

« Le temps était clair et en cette fin de matinée, il flottait encore dans l’air une agréable odeur de foyer éteint. Le seul vrai choix que Talberg faisait, se laissant mener aux hasard des sentiers, était d’obliquer vers le sud, pour la clémence du temps, de s’affranchir le plus possible du monde et, surtout de ne point acheter de carte, susceptible d’entraver le destin »

 

Il se sent heureux de repartir sur les sentiers et de marcher tout comme il le faisait avec sa femme Yseult avant sa maladie. 

 

Ses détours vont le mener vers Conques. A la recherche d’un logement, il croise un jeune couple Jean et Anne. Ils vont partager l’abri d’une grange pour la nuit.

 

« En s’endormant cette nuit là, bercé par les rafales de vent qui faisaient chanter la charpente à sa verticale, Tristan se remémora sa journée, si douce, si lumineuse, qu’il en sentait comme un assentiment d’Yseult, une sorte de blanc-seing sur ces chemins détournés qu’il n’avait pas imaginé prendre »..

 

 

Le trio va poursuivre la route ensemble durant quelques jours mais le couple étant pressé par le temps, Tristan continue sa route seul sur le chemin vers Compostelle.

 

Il ne sait pas qu’une nouvelle rencontre va bouleverser sa vie à 765 kilomètres de Compostelle.

 

Durant tout son voyage, Tristan va écrire des lettres à sa femme, et l’on apprend petit à petit que sa femme Yseult qui rêvait d’être danseuse étoile était atteinte de la maladie de Huntington. 

 

 

« Je te voyais chaque matin t ‘astreindre à de longues séances de gym dont tu sortais exténuée, en larmes, mais heureuse. Ton corps répondait encore aux sollicitations les plus extrêmes et tu te prenais à rêver. Peut-être au fond te sentais-tu encore capable de décrocher ce statut si  envié de danseuse étoile auquel tu avais aspiré toute ta vie »

 

Le roman se partage entre la fiction du roman et les lettres écrites tout aussi fictives, ce qui permet d’avoir deux approches de qui est réellement Tristan.

 

La marche et ces lettres sont en fait essentiels  pour que Tristan puisse enfin revivre et ne plus se complaire dans son chagrin révolté. 

 

Ne vous attendez pas avoir un énième récit du chemin vers Compostelle, c’est un roman . Un très beau roman d’amour qui se délie entre humour et tendresse.

Posté par winniethepooh à 09:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


08 août 2016

Longue marche suite et fin de Bernard Olivier et Bénédicte Flatet

bb

 

Pourquoi n’est il parti de Lyon pour entamer sa longue marche sur la route de la soie ? C’est sur cette question posée par sa compagne Bénédicte que le dernier voyage va être suggéré.

 

Mais à plus de septante ans, n’est-ce pas un peu tard ? Pourquoi pas ? De plus Bénédicte décide de l’accompagner.

 

Ils partiront donc de Lyon via l’Italie, pour traverser les Balkans direction la Turquie. Ainsi la boucle sera bouclée.

 

Ils feront le voyage en deux parties : été 2013 départ Lyon vers Padoue pour terminer été 2014 Vérone -Istanbul.

 

Pour débuter leur premier circuit, visite du musée des Canuts à Lyon. Ils profitent de moments d’amitié dans la ville et ensuite direction la porte des Alpes. Ils sont accompagnés d’Ulysse, le chariot  qui a parcouru de nombreuses routes avec Bernard OlLivier 

 

« Voilà déjà l’automne, avec ses fraîcheurs matinales, le jaunissement et la chute des premières feuilles des peupliers et merisiers. Les fleurs semblent mener une dernière bataille. Elles surgissent des bords de chemin, éclatantes, avant d’entrer dans le grand repos qui se prépare déjà ».

 

Leurs pas les dirigent vers le Val d’Aoste, plus de grand route pédestre en Italie. Il faut donc suivre des sentiers et une portion de la voie Francigena chemin des pèlerins qui se rendent à Rome. 

Traversée d’une portion de l’Italie avec des belles rencontres.

 

Le deuxième voyage sera le plus dur. Bénédicte et Bernard OlLivier devront changés certains de leurs plans suite à une tendinite que Bénédicte endure et qui va l’obliger à se reposer. Bernard Olivier continue donc seul et ils se donnent rendez vous pour continuer ensemble. 

 

La traversée des Balkans va leur permettre de constater à quel point les stigmates de la dernière guerre sont encore ancrés dans le pays. 

 

« Ce 17 août, profond changement de décor. Nous pénétrons dans une nuée d’Etats dont le plus grand nombre panse les plaies d’une guerre civile marquée par la haine religieuse et ethnique. Une région où, il y a peu, on pouvait mourir non pour ce que l’on faisait mais pour ce qu’on était, et ce que l’on croyait. Une région où couvent encore des envies de meurtre sous les crânes. Une région enfin attirée par l’Europe mais qui n’en accepte les règles que du bout du bec ». 

 

Slovénie, Bosnie, Croatie, le but est Sarajevo

 

« Ulysse orgueilleusement perché sur ses roues d’emprunt, nous quittons la ville par le pont sur la Drina où un monument bouleversant nous arrête. Il est dédié aux cent cinquante enfant tués durant le siège. « 

 

Et Bénédicte écrit des chroniques pour les amis

 

« Les morts ici sont au milieu des vivants ou inversement. Les tombes musulmanes sont partout, entre deux immeubles, le long d’une rue, dans un champ, sans clôture ni dalle. Ce sont d’élégantes obélisques souvent enrubannés qui semblent avoir poussé au milieu d’une clairière, penchant d’un côté ou de l’autre. Le cimetière orthodoxe ou catholique n’est jamais bien loin, mais souvent à la sortie des villes : il faut plus de place pour caser une dalle en grès. Même les morts ont leurs zones pavillonnaires »

 

Impossible de découvrir en regardant la population s’ils sont chrétiens, musulmans ou orthodoxe, c’est au détours de la conversation qu’on le comprend.A part de vieilles dames, les femmes et les jeunes filles ne portent aucun voile. »

 

Bénédicte se refuse à passer par la Serbie après tous les témoignages visuels et auditifs qu’elle à perçus. Ils se dirigent donc vers le Monténégro pour joindre une petite enclave « Serbe » afin de rejoindre le Kosovo, puis la Macédoine 

 

 

« Deux millions d’habitants, quatre millions de bagnoles. Elles sont partout, Mercedes en tête, mais Ferrari aussi. Il y a du trafic à gogo et la corruption se porte à merveille. A côté de ça, cinquante pour-cent de chômage chez les jeunes, dix euros pour une journée de douze heures de travail. Mais ils sont capables de se priver de manger pour s’acheter LA Mercedes et de claquer vingt mille euros pour se marier en grande pompe. Va comprendre « 

 

La Bulgarie va leur apporter un lot de frayeurs lorsqu’ils doivent emprunter des routes où les gens roulent comme des fous. Routes bordées par des monuments rappelant les morts lors d’accidents. Etranges monuments où l’on place une table, un morceau de voiture….

Bénédicte ayant une adoration pour les voix Bulgares, elle va pouvoir assister à de petits concerts. SupRême bonheur.

 

Petit passage par la Grêce avant d’arriver en Turquie

 

« Je souris en songeant à la question qu’on ne manquera pas de me poser bien vite : et votre prochain voyage ? Laissez moi, s’il vous plait, digérer celui-ci. »

 

 

Je l’avoue j’ai bien lu et avec plaisir des livres de voyage de Bernard OlLivier mais jamais ceux qui racontent sa longue marche sur la route de la soie. Je commence donc par la fin et j’arriverai bien à caser dans mes lectures les trois autres volumes pour terminer par le début.

 

Bernard OlLivier et Bénédicte par ses chroniques très drôles, analysent objectivement ce qui est palpable en traversant les pays qui furent en guerre dans les Balkans, et malheureusement la lave s’est refroidie mais reste encore tiède.

 

Bernard Olivier qui aime plutôt marcher seul à découvert une compagne tenace, sociable en diable avec les populations. Une véritable redécouverte de leurs deux identités.

 L'alternance des écrits de Bernard Ollivier et des chroniques de Bénédicte est une très bonne idée. Deux manières de voir, d'écrire....

Et tout comme Ulysse, ils furent heureux d’avoir fait un beau voyage.

 

Posté par winniethepooh à 09:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 août 2016

En suivant la mer de Marie Magdeleine Lessana.

en-suivant-la-mer-m

 

Tel Pier Paolo Pasolini qui avait écrit La longue route de sable en 1959, arpentant les villages de bord de mer, Marie Magdeleine Lessana décide l'été 2015 de le passer non plus en famille mais seule à la rencontre de la mer, et désirant découvrir la manière dont les hommes et femmes se comportent durant leurs vacances. Elle débute son voyage en compagnie d'une amie photographe par le nord. Calais, Dunkerke, Malo les Bains .... La Baie de la Somme pour se rendre jusqu'à Dieppe.

"De ma fenêtre, je distingue une série de lignes horizontales, sable gris marron, virant rosé près de l'eau à son écume, ligne verte de plus en plus intense, puis bleue. Horizon net,. Et le ciel est immense. Je regarde la mer du Nord, le soleil va se coucher à ma gauche. Je ne m'y fais pas"

"Sur la route, on ne se lasse pas d'observer les champs à perte de vue, de blé, d'avoine, de lin, les patrurages des vaches, agriculture de plateau  en apesanteur jusqu'à l'horizon bleu sans transition. Aujourd'hui il y a beaucoup de vent. Je voudrais m'envoler en m'élançant dans les champs"

Elle décide de continuer le voyage seule vers la Normandie car être à deux ne donnent pas toujours l'unisson dans les émotions.

Direction Rouen en train et ensuite voiture de location Fécamp, Etretat, Le Havre chaque endroit amène son lot de sensations avec cette culpabilité d'être seule face à ces familles en vacances. 

Ensuite la Basse Normandie Trouville, Houlgate, Cabourg. Grand Camp Maisy 

"Au matin, j'entends le bruit des vagues sous la fenêtre avec l'impression étrange  que quelqu'un, pas loin m'accompagne.Je suis seule pourtant, avec une certaine joie dès le matin. J'ouvre le store, il pleut, l'air est gris et brumeux. La mer à mes pieds est haute, bien vivante. De rares preomeneurs de chiens encapuchonnés longent le rue lèchée par les vagues. La ligne d'horizon est estompée par la vapeur"

Arromanches, Le Mont Saint Michel pour rejoinde la Bretagne. Le long de ce voyage à certains endroits, elle repense au moment où elle y était, adolescente, maman, avec des amis. 

Granville

"De ma fenêtre, j'observe les gens sur le quai au réveil. Ce qui domine à mes yeux est la normalisation de la vie, une sorte de morale sociale partout.Les réjouissances des vacances ou du week end à la mer sont très conformes. . En profiter, c'est se promener, se baigner. , s'occuper de faire jouer les enfants, les gâter avec des jeux, des attractions, des sucreries et des objets,  le tout avec un un discours banal standardisé"

La Bretagne, Paimpol, Brest, les Côtes d'Armor, Douarnenez, Carnac, Quiberon et ensuite passer à Saint Nazaire. l'ïle de Bréhat

 

l'Ile de Ré où elle loge dans l'ancienne maison de Lacan

"Comme c'est agréable cette sensation d'être dans une grande maison où rien n'est neuf , avec juste des livres qui ont été choisis et lus.

Elle y retrouve Charlotte une amie atteinte du cancer. 

Royan, Arcachon. Sa route la mène jusqu'à la frontière espagnole. Apprécier la jovialité des espagnols et repasser la frontière Saint Jean de Luz, Biarritz, 

 

Et la Méditérranée, là d'où elle vient. Elle remonte jusqu'à la Camargue pour ensuite joindre Marseille . La pPresqu'île de Giens c'est chez elle.

Mais le voyage continue vers Saint Raphael Sainte Maxime pour rejoindre Menton

 

"Je resterais bien à Menton parmi les vieux, les lents, les enfants  en poussette, les gentils. J'écrirais, je regarderais  la mer longtemps, je déambulerais, j'achèteraisun savon au citron et de l'eau de Menton. Jusqu'à ne plus sentir le temps passer et m'y fondre.

Enfin, non, qu'est qui me prend ? Ca évoque une mort lente. Certainement pas !"

L'italie et ses réfugiés. Impuissance de pouvoir les aider. Retour à la presqu'île de Giens où les vacances se terminent avec sa petite fille.

Tout le long du voyage, une inquiètude ne l'a pas quittée. C'était la mort de Charlotte qu'elle apréhendait.

 

Ce livre fait partie des trésors que je lirai et relirai. Découvrir à travers l'écriture d'une autre personne des lieux que l'on a connus et d'autres qu'on aimerait voir. Et cette émotion palpable....

A l'arrière plan, la mer, encore et toujours la mer. On perçoit le bruit des vagues, le rire des enfants, les silhouettes le long des plages, l'ennui, la joie, des moments de vacances tout simplement.

Je n'ai évoqué bien entendu qu'une partie des lieux du voyage...

Posté par winniethepooh à 18:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

05 août 2016

Les rues d'hier de Silvia Tennenbaum

13903437_1228897880462769_1354088238405092274_n

 

"Il les attendait.Il était désormais clair dans son esprit que l'Allemagne était sur le point d'être purgée de ses juifs".

 

La famille Wertheim habite Francfort et ce depuis quelques générations. Moritz, le père possède une entreprise de textile qui fonctionne très bien.

La famille réside dans un quartier bourgeois. Elle se considère comme assimilée par l'Allemagne et ne pratique aucunement le judaisme. De plus, un arbre de Noel se dresse chaque décembre dans le salon. Que peut-il leur arriver ?

Moritz est père de quatre fils dont lui et sa femme sont fiers . Nathan dirige un cabinet d'avocats, est l'époux de Caroline dont il a eu quatre enfants, deux filles et des jumeaux.Les trois autres  enfants de Moritz sont Gottfried qui sera envoyé en Amérique après une faute que l'on ne pardonnera jamais. Jacob tient une librairie et n'aspire à rien d'autre. Pour terminer, Eduard, le fils prodigue qui fera tourner la maison mère au décès de Moritz.

Tout ce petit monde vit selon des conventions bourgeoises. On doit tenir son rang. Les petits enfants ne manquent de rien, tout est réalisé pour leur bonheur. 

Surtout qu'on ne les compare pas avec ces exilés juifs venant de Pologne. Eux ils sont allemands !

Malheureusement la bataille de Sedan ayant été perdue par français, ces derniers désirent une revanche que les allemands ne dédaignent pas. Eduard va s'y engager dans cette première guerre mondiale car il est patriote. 

Après la défaite allemande de cette guerre, peu à peu tout va se modifier pour cette famille bourgeoise. Insidieusement le National Socialisme va s'infiltrer dans les foyers et l'inflation est terrible. Malgré tout une partie de la famille garde toujours ce rang exigé et que peut-il leur arriver ?

Après avoir éliminé les communistes, les vexations envers les juifs vont débuter.

Chacun dans la famille, réagit différement. Certains resteront là bas et d'autres vont s'exiler en France, en Suisse ou en Amérique, en Palestine.

Même lors des purges, parce qu'ils sont là depuis des générations, ceux qui  seront restés s'imaginent qu'eux seront épargnés...

Et un jour, le destin frappe à la porte. 

Les rues étaient jonchées de mendiants et d'enfants sales aux visages vieillis et décharnés. Des femmes étaient assises sur les perrons et tenaient des bébés apathiques dans de vieux chiffons. Des voitures à cheval se frayaient un chemin à travers la foule. Andreas avait l'impression d'avoir laissé le vingtième siècle derrière lui, d'avoir été abandonné de la civilisation"

 

A la fin du livre, nous comprenons que Silvia Tennebaum a écrit ce roman pour que l'on n'oublie et que ne recommence pas les mêmes erreurs. Combien de fois ne prononce t-on pas cette phrase et pourtant des horreurs ses perpétuent de par le monde.

Ce qu'on perçoit très bien à la lecture c'est l'infiltration qui a pris quand même quelques années, des nazis dans la vie civile et ce bourrage de crâne insinuant que les juifs étaient responsables de tous les maux des allemands. 

La fin du roman est bouleversante. C'est Claire, l'arrière-petite fille de Moritz qui va porter le poids de l'horreur tout en incarnant l'espoir du futur.

"Deux heures plus tard, le train démarra brusquement. Les valeureux citoyens francfortois s'étaient assis et ils dinaient en écoutant la radio ou en lisant le journal. Le bulletin météo annonçait une grande vague de froid, une masse d'air arctique arrivait tout droit du pôle. Le train cahotait vers l'est. Il mit plusieurs jours à atteindre sa destination"

 

"Vous êtes juive ? demande la femme. Eva la regarda médusée. Elle imaginait qu'on pouvait désormais l'admettre, n'est-ce pas ? Elle acquiesca timidement. "Et vous avez survécu ? continut-elle. C'est un miracle. Je les ai vus emmener les Juifs au Vélodrome d'Hiver il y a deux ans. C'était horrible"

Eva sècha ses larmes . "Et vous qu'avez vous fait ?  demanda t'elle dans dans son français haché teinté d'accent francfortois.

"Qu'est ce que j'ai fait ? demanda elle. Que pouvais je faire ? Que pouvions  nous faire ? " Elle s'écarta discrètement pour laisser un père et son fils  prendre sa place.  L'homme avait perdu un bras".

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 16:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

02 août 2016

Retour à Oakpine de Ron Carlson

op

 

Ils se sont quittés il y a plus de trente ans. Jimmy est parti à New York et devenu un écrivain célèbre.

Frank et Graig sont restés au pays tandis que Mason a lui aussi disparu d’Oakpine.

 

Jimmy revient dans sa ville car malade il a décidé d’y mourir. Sa mère demande à Graig de s’occuper de rénover le garage pour y loger son fils car le père de Jimmy ne veut pas de sa présence dans la maison depuis la mort de leur autre fils Matt. Il y trente ans. 

 

Mason est également de retour mais par pur hasard. Il divorce et décide de retaper la maison de ses parents afin de la vendre.

 

Trente ans après, les quatre hommes qui avaient fondé leur propre groupe de rock et connu un petit succès sont à nouveau dans la ville de l’enfance. 

 

Ils ont la cinquantaine, la vie les a cabossés. Leur amitié qui était juste endormie va reprendre vigueur. Leur amitié va leur permettre d’effacer tout ce dont ils avaient peur. 

 

Et les femmes les y aideront  

 

« Jimmy sentait l’odeur de la terre ici, le musc puissant qui montait de toutes les plantes. Avec les abeilles qui bourdonnaient partout dans le jardin, on avait l’impression de voir les choses pousser. La carotte était sucrée. Il se leva, heureux de s’extraire de la chaise rigide, et un instant il se sentit dangereusement grand, puis alla à pas prudents jusqu’aux tiges de courge entremêlées. Il se pencha sans ressentir d’étourdissement et souleva les grandes feuilles pour apercevoir les courges et les melons dans l’ombre verte vacillante. »

 

« De retour sur la route, toujours perdu, il pensa que, à l’image de ce qu’il avait vécu dans sa vie, cela durerait deux minutes. Mais une heure plus tard le paysage s’était transformé en collines ondoyantes couvertes d’armoise »

 

 

En refermant le livre, j’ai ressenti un véritable bonheur. Il n’y a pas de haine, ni de violence qui traversent les pages juste une part d’humanité mais tellement forte.

 

Et cette nature si bien décrite…

 

Magnifique roman…..

 

Lire l'avis d'Aifelle

Posté par winniethepooh à 14:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


26 juillet 2016

Les ingénieurs du bout du monde de Jan Guillou

cc

 

Leur père marin pêcheur ayant sombré en mer, les trois frères doivent aider leur mère. 

Lauritz, Oscar et Sverre sont donc envoyés loin de leur île, dans la ville de Bergen, pour y travailler.

 

Logés par leur oncle et tante, ils travaillent à la cordonnerie du port jusqu’au jour où le fils du propriétaire constate qu’on a renvoyé les trois gamins dans leur île. C’est avec grand étonnement qu’il constate le motif du délit : les trois gamins ont construit la réplique à plus petite échelle d’un bateau viking. Le fait qu’ils aient employé des matériaux de rebut mais bel et bien des matériaux de l’entreprise explique leur renvoi.

 

Une idée germe : pourquoi ne pas les aider à réaliser des études vu leur intelligence. Comme la Norvège ne compte pas beaucoup d’ingénieur pour construire le futur chemin de fer, c’est à Dresde qu’ils pourront acquérir le diplôme.

 

 

Le jour de la remise de leur diplôme, ils reçoivent également une somme d’argent mais tout ne va pas de se dérouler comme prévu. Lauritz constate que ses deux frères sont partis le laissant seul. Lui qui rêvait enfin de pouvoir épouser la femme qu’il aime voit tous ses rêves anéantis. Oscar et Sverre sont partis. Il sera le seul à remplir la mission qui leur était confiée : construire cette future ligne de chemin de fer dans la montagne.

 

 

Ce premier tome commence au début du XXième siècle, siècle qui a vu un changement total dans l’’évolution du monde suite aux techniques tant industrielles et médicales que nous connaissons. 

 

Lauritz nous transporte dans l’épopée du chemin de fer en Norvège durant laquelle les ouvriers durent vivre dans de terribles conditions climatiques.

 

Oscar participe également à l’édification du chemin de fer mais en Afrique, dans la colonie allemande.  

 

Une saga  qui nous raconte le changement radical que connu le Monde durant le siècle dernier. 

 

 

On ne peut que constater à quel point les hommes ne comprendront jamais les erreurs du passé. 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 09:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

08 juillet 2016

Des cornflakes dans le porridge de Bill Bryson

9782228915625

 

Bill Bryson et toute sa famille sont prêts à repartir aux USA en cette année 1994 mais avant le départ, Bill aimerait refaire le tour de la Grande Bretagne. Et surtout repartir de Douvres, son point d'arrivée lorsque jeune, non encore terminé ses études, il avait atterri en Angleterre. Sa première nuit, il l'avait passée sur un  banc face à la mer ayant coiffé sa tête d'un caleçon afin de lutter contre le froid. 

Je ne vous ferai pas la liste des villes où Bill Bryson va s'arrêter, ce serait lassant. Je notifierai celles qui furent importantes dans sa vie. Donc notre américain arrive à Douvres. J'avais oublié qu'il a décidé de faire le voyage en train plus particulièrement même s'il fera quelques entorses en voiture. Donc à Douvres, il retrouve le banc, un peu déglingué où il avait passé la nuit  début des années septantes. Et comme de bien entendu, beaucoup de choses ont changé mais bref, direction Londres où il avait travaillé au Times et son plus grand cauchemar se nommait Vince, mangeur de pizza et refusant de donner les derniers cours de la bourse. 

En retournant à Virginia Walter, il nous raconte son expérience d'infirmier dans un hopital de fous. Il était assez pépère car ceux dont il devait s'occuper n'étaient pas dangereux et avaient diverses occupations. Mais bon ils étaient quand même fous. Et c'est là, qu'il fit la connaissance de celle qui devint sa femme. Stupeur, là où se dressait l'hopital, des maisons ont été construites dont une maison témoin. 

De Virginia Walter à Egham, il n'y a qu'une enjambée et retrouver sa belle-mère qu'il adore ainsi que le lit qu'elle a préparé à son intention. 

L'étape suivante est Burnemouth, petit rappel de son premier vrai travail en Grande Bretagne à l'Echo car après le mariage, lui et sa femme étaient partis aux USA afin qu'il y termine ses deux années d'études. 

Stutland, Oxford, Weston-Super-Mare etc. Arrivé dans le Yorkshire, près de chez lui, ce serait idiot de ne pas dormir dans son lit près de sa famille. Il fera un petit tour de la région avec un ami. 

Retour via les trains pour la suite du périple vers le Pays de Galles, l'Ecosse et petit à petit le voyage se termine à son grand désarroi. Entre les deux, il fera une randonnée qui le mènera sur un mont avec des amis où suprise, il n'y a que les anglais pour monter dans la brume et piqueniquer tout là haut..

Ce qui est génial dans les livres de Bill Bryson c'est avant tout son humour bien entendu mais également son approche de chaque lieu, il vous narre l'histoire du village ou de la ville, les personnages les plus importants qui y sont nés et pour couronner le tout, il observe tellement bien les gens dans leurs travers que dans leur bonté qu'on en redemande. 

Bien sur que la Grande Bretagne a changé. Beaucoup de villes qui avaient été baties à l'ère victorienne selon la modernité changent radicalement : les belles batisses sont démolies au profit d'immeubles hideux bien souvent. On retrouve les mêmes enseignes de magasin dans chaque ville, vive la mondialisation mais tout n'est pas à jeter car Bill Bryson vous criera "allez à Durham" il en est tombé amoureux. 

Les voyages en train sont épiques avec des gares fermées quand il y arrive, un bus dont l'horaire ne correspond pas avec celui du train qu'il doit prendre, des admirateurs de locomotives. L'homme furieux car il se tient à sa place sur le bord du quai....Les voyages en train dans toute leur splendeur....

En conclusion, Bill Bryson adresse un grand discours amoureux à la Grande Bretagne car il aime par dessus tout ce pays même si certains prétendent que ce sont eux les anglais qui ont inventé le cornflakes. 

Petit détail, ne lui parlez pas de Béatrix Potter !

Une belle vision de ce que fut la Grande Bretagne et ce qu'elle est devenue dont les habitants ne sont comparables à aucune autre nation. 

Si vous avez le moral plus bas que le zénith, lisez Bill Bryson antidote à toute tristesse.

Posté par winniethepooh à 05:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

04 juillet 2016

Les oiseaux de Christophe Colomb d'Adrien Goetz

product_9782070180004_195x320

 

Alina, 13 ans,  a été envoyée d'Espagne à Paris pour perfectionner son français dans sa famille. Elle réside dans le quartier de la tour Eifel sans savoir qu'à deux pas, se dresse un magnifique musée. 

A l'école on lui parle de Christophe Colomb. Christophe comme Cristobal en espagnol, prénom que porte son meilleur ami dans son pays. Son père lui a appris à connaitre la véritable histoire de Christophe Colomb. Une autre vision de l'histoire.

Alina aimerait faire découvrir cet autre facette de Christophe Colomb à ses camarades d'école. Conter l'histoire à l'envers en leur faisant découvrir les premiers insulaires  que Christophe Colomb a rencontrés : les Taînos. 

Sur les conseils de son oncle Juan, Alina se rend dans le jardin sauvage et découvre un musée. 

Elle va le parcourir avec émerveillement : L'Amérique, l'Afrique, tout se mélange dans ce bateau des civilisations.

Arrivée devant la vitrine des Tainos, elle constate que celle-ci est vide. 

 

Pour les dix ans du musée du Quai Branly, Adrien Goetz a écrit une très belle histoire. En compagnie d'Alina, nous nous émerveillons et parcourons les différentes salles. L'historique de ce dit musée nous est expliqué. De plus, Alina, réussit à nous emmenez sur les pas de Christophe Colomb mais d'une manière toute autre à celle enseignée dans les manuels scolaires. Le tout parsemé de quelques photos.

 

Je connais le rideau de verdure à l'entrée du quai Branly mais jamais je n'ai été plus loin. L'écriture d'Adrien Goetz ne nous donne qu'une envie : y pénétrer et surtout découvrir cette civilisation des Tainos dont je n'avais jamais entendu parler. 

Histoire, poésie, rêve, roman, enfance, tout est y est condensé  sous les ailes des oiseaux de Christophe Colomb. Embarquez! Vous ne serez pas déçu de l'exploration. 

 

90087944_o

 photo prise sur le net.

 

 

Posté par winniethepooh à 05:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 juin 2016

La pluie de l'aube de Guan Jian

la

 

 

Dans ce livre qui peut être lu autant comme nouvelles que comme roman, on découvre Shan Shan qui va quitter son père pour entamer des études de médecine à Lyon.  Wiang Q. est amoureux de la jeune fille. Malheureusement pour lui elle aime en secret Chen Lai qui accueille les étudiants là bas en France 

 

Shan Shan et Wiang Q. finissent par se marier et deviennent parents d’un petit Julien. Ils vont passer la guerre en Europe et ensuite à la demande de Chen Lai retourner au pays car ils n’ont qu’un désir : aider le peuple chinois. 

 

Suite aux purges et aux décisions de Mao, leur vie va dégringoler : Wiang Q et son fils seront emprisonnés et Chan Chan terminera sa vie comme balayeuse de rue. 

 

Nous retrouverons les petits enfants dans la Chine mondialiste que nous connaissons à présent.

 

 

Durant la lecture de ces magnifiques nouvelles, on oscille entre le passé et le présent avec la France comme lien entre tous les personnages

 

Un mélange d’amour, de tendresse, de désespoir, de folie, de poésie s’alignent sous nos yeux de lecteur et c’est un régal.

 

« Dans la chambre voisine, un enfant dormait , confiant en son avenir. A cette de son lit, une maquette d’avion en construction reposait par terre. Sur la table de chevet, un dictionnaire ouvert,  comme une porte prête à accueillir son visiteur. Sur le ventre de l’enfant , « L’appel de la forêt » attendait le réveil de son lecteur.  Devant la Fenêtre, quelques crayons  à dessins étalés sur le bureau, prêts à raconter les rêves de leurs propriétaires : avion, bateau montagne, forêt, aigle, dauphin, océan. »

 

 

Durant ma jeunesse, j’ai dévoré tous les livres de Han Suyin qui traitaient de la Chine. Autre période, autre genre d’écrivain. 

 

Dans les livres de Guan Jian, les mots sont épurés. On vogue calmement dans le sillage des personnages même si le malheur est au rendez-vous dans leur vie. 

 

Très très belle découverte. 

 

 Lire l'avis de Cathulu qui l'a autant aimé que moi 

 

 

Posté par winniethepooh à 12:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

27 juin 2016

Sa Majesté Maman de Anne B. Rodge

51mWYBFzHmL

 

"Elle était très cultivée et avait un appétit vorace pour tout ce qui se passait ; elle lisait tout les jours trois journaux, surfait sur le Net, était active sur Facebook, cherchait tout sur Google dès qu'elle avait le moindre doute. Je l'utilisais souvent comme assistante pour mes recherches, car elle n'abandonnait jamais avant d'avoir trouvé ce qu'il me fallait. Elle était poussée par la curiosité, avec une soif de connaissance inextinguible"

 

Dans ce magnifique récit, oui magnifique, Anne B. Radge nous raconte sa maman, celle de sa jeunesse, celle avec qui elle se confrontat à l'âge adulte et la maman qui suite à la maladie terminat sa vie dans le système sans humanité des soins en Norvège.

 

Elle n'était pas Norvégienne mais immigrée de Suède comme elle le répétait. Non aimée par sa mère qu'elle appelait la Sorcière, elle fut ce qu'on appelle une enfant battue. Est-ce suite à ce manque d'amour qu'elle ne prodiguat pas de câlins à la petite Anne ? ou trouvait-telle cela inutile. ? 

Le père d'Anne ainsi que de sa soeur, est parti vivre avec une autre femme quand elle était petite. Sans explications en signifiant que sa femme le chassait de chez lui. Dès lors, la mère d'Anne a du élever ses filles toute seule. Les jours ne sont pas toujours faciles jusqu'à ce qu'elle déniche une place de machiniste dans une usine de sacs plastiques. 

Anne B Radge ne garde aucune rancoeur de cette pauvreté. Elle même fut pauvre lors de son premier mariage. 

Même dans cette difficulté de la vie, la maman d'Anne considérait que l'essentiel était de préparer de merveilleux plats, Elle gardait même un bol de pâte à gauffres dans son frigo, au cas où. Que les gens se nourrissent quand ils venaient chez elle, c'était essentiel.

Elle lisait, elle aimait l'art et surtout Chagall mais n'eut jamais l'occasion d'aller voir une de ses expositions. 

Elle apprit l'Arabe en échange de nourriture à un étudiant. Tout l'intéressait, tout.

Une femme étonnante qui devait vous glacer parfois par ses paroles.

Malheureusement, la maladie est arrivée lors d'un voyage à Vienne, voyage que sa fille pouvait enfin lui offrir. Et au retour en Norvège dans le système sociétal médical, Anne B Radge et sa soeur, ont été confrontées à cette inhumanité qui s'installe dans notre société. 

Peu avant de mourir, elle ne lisait plus. Elle avait assez emmagasiner, il était temps de parler. 

C'est Anne B Radge qui lui a permis de parler à travers ce récit. 

Récit qui oscille entre colère parfois et amour, surtout amour. 

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 05:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :