09 octobre 2017

N'écrire pour personne de A.L. Snijders

N-ecrire-pour-personne

 

A.L. Snijders de son vrai nom Peter Cornelis Muller vit aux Pays Bas, retraité de l’enseignement, il a décidé à soixante quatre ans d’écrire des Zeer Kort Verhaal (de très petites histoires en français). 

 

Une petite histoire qui ne dépasse pas une page et qu’il envoie à ses enfants ou ses proches. Une petite histoire écrite en une demi-heure et à laquelle il ne change rien.

 

Et c’est un véritable régal. 

 

Snijders décrit avec causticité la vie des Hollandais, de sa famille. Il évoque des souvenirs de jeunesse. On apprend qu’il aime le camping. Il nous parle de ses écrivains préférés, de ces cinq livres qu’il lit en même temps qui trainent sur sa table de nuit. Il s’amuse avec tendresse des petits mots de ses petits enfants. Il nous explique les réunions de poètes.  Il y a des poèmes également. Pouchkine, Jules Renard, des peintres. 

 

 

 

Un livre à lire et relire.

 

 

« Je ratisse des feuilles dans mon jardin. Huit poules se promènent autour de moi, elles becquettent des vers et des larves. La scène n’impressionne pas. Ce qui m’impressionne, c’est de se voir tenir à la poupe d’un navire et de regarder les mouettes vous survoler et suivre votre sillon. Cependant, c’est très bien ainsi. »

 

 

« En 1968, Yasunari Kawabata est surpris de recevoir le prix Nobel de littérature. Quant tout le monde, est parti, il écrit un haïku.

 

Plaine d’automne;

Une clochette;

On ne voit pas celui qui passe. « 

 

« Quand j’étais jeune, j’allais faire de la voile sur les lacs de Hollande-Méridionale, mais je me demandais toujours pourquoi je le faisais. J’avais le pressentiment que faire de la voile n’avait aucun sens - vous n’allez nulle part. Je ne pouvais pas continuer à me mouvoir ainsi dans un monde fait simplement d’allers-retours, j’avais besoin d’une destination à atteindre. Maintenant, que je suis âgé, je fais de la voile sur le lac Ketelmeer et plus rien ne me dérange (en dehors du fait que la vie est très chère). »

 

Posté par winniethepooh à 10:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


02 octobre 2017

L'Art de perdre de Alice Zeniter

zeniter

 

De l’Algérie je ne connaissais que sa date d’indépendance 1962, forcément l’année de ma naissance. Harkis, FLN, OAS etc oui j’en avais entendu parler mais sans savoir exactement qui était qui dans ces appellations.  L’Algérie ne faisant pas partie de l’histoire de mon pays la Belgique, je ne me souviens pas qu’on nous en aie parler durant mes études. Notre pays avait été le colonisateur du Congo car à l’époque c’était la mode et Leopold II n’avait pas désiré être moins que les autres.  Donc l’Algérie une inconnue. 

 

C’est ce mot Algérie qui m’a fait hésiter à lire ce roman. Bof l’Algérie. Déjà que les films genre Depardieu dans le désert ne m’ont  jamais inspirée. J’avais regardé un feuilleton dont je ne sais plus le titre mais abandonné au fil des épisodes. 

 

A lire les critiques et l’engouement pour ce roman, je devais sûrement passer à côté de quelque chose. 

 

Dès les premiers mots, je n’ai pas su m’arrêter. Ce qui m’a fracassé  c’est que tout est encore d’actualité. On traite les réfugiés de l’an 2000 tout comme on traitait les Harkis qui croyaient si fort en la bonté de cette France.

 

 

Alice Zeniter nous raconte l’histoire d’une famille dont Ali est le personnage principal.  Kabyle, né dans une région pauvre tentant d’obtenir une richesse du sol sec, il décide un jour d’aller se battre aux côtés des français en Europe. C’est là que le destin va décider de sa vie. Le maktoub comme aurait dit Ali.

 

La chance d’Ali, c’est qu’à son retour, allant se baigner avec ses frères, ils ont découvert un pressoir qui va lui permettre de changer de vie. Les voisins viendront lui confier leurs olives pour que coule ce divin nectar  doré : l’huile.

 

Il va se marier trois fois. La première femme ne lui donne que des filles. La seconde, aucun enfant donc répudiation. Et la troisième Yemna, lui donnera enfin ce fils qu’il désirait tant car son plus jeune frère est déjà père d’un garçon et il ne veut pas être floué. 

 

Son garçon portera le nom de Hamid et va débuter la vie heureux à courir dans le village et dans le collines. 

 

Malheureusement, bien souvent, d’autres invidividus décident pour vous de votre bonheur et désirent l’indépendance de leur pays l’Algérie. Le FLN descend au village pour que les habitants prêtent allégeance mais Ali ayant connu la guerre ne leur fait aucune confiance. 

 

Il va pactiser, si l’on peut appeler cela pactiser avec les français et en 1962, forcé de fuir avec femme et enfants et d’autres membres de la famille car il est menacé de mort. 

 

Il arrive en France en pensant qu’il est un citoyen comme les autres.  Pauvre Ali, il a de la chance qu’il a eu des places sur le bateau, car les Pieds Noirs passent avant eux.  D’habitation, il n’ont droit d’abord qu’à un camp de toiles à l’infini. Juste le droit d’accepter. On leur fait très vite comprendre qu’ils doivent être redevables à la France d’être aidés. 

 

Ensuite, on va les envoyer en Normandie, dans un camp de maisons. Ils vont travailler le bois, pas le choix d’un autre métier.

 

Pour se terminer dans ces HLM où on va les parquer.  Et Ali accepte. Lui le paysan devra travailler en usine et se contenter de ce petit appartement où l’on explique aux  femmes qu’elles doivent absolument le garder propre. On vous l’offre, donc vous êtes tenus d’en prendre soin. Surtout ne pas faire de vagues. Lui le Harki qui a combattu pour la France n’est aucunement considéré. 

 

Au vu de tout cela, Hamid, son fils ainé, décidera qu’il ne vivra pas comme eux à tout accepter.  Athé, il va épouser une française et deviendra le père de quatre filles. l’Algérie ne l’intéresse pas et il ne veut absolument pas en entendre parler. Là bas, avant leur fuite, il a vu des morts et ces morts il ne veut plus croiser leur chemin. 

 

Naima est l’une de ses filles. Elle travaille dans une galerie d’art, picole beaucoup, maitresse du propriétaire de la galerie. C’est ce dernier qui prononce le mot Algérie. 

 

 

« Elle ressent une  déception, brève et vive, qui se répétera souvent au long de son voyage, à la pensée que l’Algérie, en évoluant au fil des décennies, en se modernisant, s’est défaite de ce qui, pour Naima, aurait constitué un marqueur important, un des rares points de repère laissés par quelques récits élliptiques »

 

 

Elle voudrait comprendre pourquoi elle petite fille de Harki, elle est maudite par certains sur la toile.  Le silence d’Ali pèse sur ses épaules tout comme il a pesé sur celles de son père. Quel est son point d'attache avec ce pays de l'autre côté de la méditérranée ? 

 

 

 

J’arrête ici j’en en déjà trop dévoilé de ce roman.

 

 

Ce qui m’a heurtée en lisant, c’est ce mépris que la France avait pour ses anciens colonisés. Vous venez chez nous qui était chez eux également puisqu’ils avaient la nationalité française mais vous vous taisez, vous allez où on veut bien de vous. Et fermez-là.  Quelle honte ! 

 

De plus ne parlant pas le français ou si mal comment comprendre ce pays, comment communiquer ? Gràce au fils qui lui deviendra un vrai français dans vos rêves.  

 

 

Si je devais prononcer un mot après lecture du roman c’est tolérance l’un envers les autres. Derrière chaque visage se cache une histoire, des rêves. Et que les occidentaux cessent de croire que ce sont leurs rêves qui sont les plus beaux. 

 

Un roman coup de tonnerre. N'étant pas critique de livres, je ne sais que retranscrire mon ressenti. L'analyse structurelle et litteraire, est sûrement très basique mais j'ai l'espoir que vous le lisiez. 

 

« Ces colonnes qui partent venger croisent des colonnes de villageois qui partent, tout simplement, qui s’enfuient, sans but, sans rien, juste la panique. Si l’on pouvait trouver un point d’observation plus haut que les sommets des montagnes, on verrait que les versants de celles-ci sont parcourus en tous sens, on verrait des lignes mouvantes, une fourrière devenue folle »

Posté par winniethepooh à 09:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2017

Mr Bridge de Evan S. Connell

bridge

 

Monsieur Bridge est heureux d’avoir épousé Mrs Bridge. Il travaille énormément pour le bonheur de sa famille. 

 

Tellement obsédé par son travail qu’il passe à côté de merveilleux instants qu’il ne conçoit même pas. 

 

Mr Bridge ne comprend pas le pourquoi des pleurs de sa femme pas plus qu’il ne comprend cette oisiveté qu’elle a à certains moments. On a l’impression qu’elle part dans des rêves qu’il n’imagine même pas.

 

Mr Bridge ramène toujours tout à l’argent même les cadeaux pour les enfants et son épouse.

 

Mr Bridge travaille très dur et ne conçoit pas que certains vivent aux crochets de l’Etat. A t-on idée d’être pauvre ?

 

Mr Bridge a des idées très soutenues sur les noirs et les juifs. Bref il est raciste.

 

 

Mr Bridge s’interroge le jour où l’une de ses filles le traite de puritain. Puritain lui ? Certainement Mr Bridge. Pensez vous que tous les pères jettent des regards de désir sur leurs filles qui sont devenues des femmes ? 

 

Mr Bridge a toujours raison même s’il a tort. 

 

Mr Bridge repense parfois à sa jeunesse dans la campagne et en ressent du bonheur. 

 

Mr Bridge emmène sa femme en Europe comme il lui y avait promis au début du mariage. Mieux vaux tard que jamais. 

 

Mr Bridge cela l’ennuie ces visites au Musée. Il laisse sa femme toute seule terminer la visite au Louvre. Malheureusement avec l’annexion de la Pologne par Hitler, le voyage est écourté.

 

Mr Bridge est anti Roosevelt donc anti socialiste. Mr Bridge est de droite bien évidemment.

 

Mr Bridge adore ne rien faire le week end, lire de policiers et des revues de tourisme au lit, c’est 

tellement bon. 

 

Mr Bridge est un être totalement ennuyeux en fait. Mrs Bridge aurait mérité mieux.

 

 

 

Mr Bridge est dans la même veine que Mrs Bridge. Des petits chapitres très courts où l’on retrouve bien souvent l’avis de Mr Bridge par rapport à celui de son épouse dans des moments racontés dans le premier roman.  

 

Mr Bridge est le portrait typique de l’américain qui travaille énormément pour le paraitre en fait car il faut tenir son rang par rapport aux amis.  Il vit dans un voisinage de personnes aisées.  

Il est puritain mais ne va pas à l’Eglise et cela ne l’empêche pas de lorgner ses filles en petite tenue. Monsieur Bridge est tout simplement coincé dans ses convictions. Incapable d’offrir réellement ce que sa famille attend de lui. 

 

 

« Mr Bridge ne posa plus de question. Il estima, d’après l’attitude de sa fille envers le Nègre, qu’ils n’avaient pas eu de rapports intimes. Du fait de leur goût commun pour les expositions d’art, le théâtre et manifestations du même genre, ils étaient sortis une ou deux fois ensemble. Mais cela n’avait pas été plus loin. Cependant, ils avaient fait le chemin ensemble, ils s’étaient montrés ensemble, et probablement avaient-ils déjeuné ou diné ensemble. Un tel brassage des races était sans doute inévitable. Peut-Être qu’au cours des siècles à venir cela serait considéré comme acceptable. Mais, aujourd’hui, ce n’était pas encore le cas. »

 

Tout aussi excellent que Mrs Bridge, meilleur je dirais même. 

 

Posté par winniethepooh à 10:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

17 juillet 2017

Mrs Bridge de Evan S.Connell

bridge

 

 

Mrs Bridge a une vie de rêve. Un mari qui travaille, une magnifique maison, trois enfants, une cuisinière. Elle ne doit s’occuper de rien et de ce rien nait l’ennui. 

 

Elle regrette parfois le temps où jeune mariée, elle était débordée par le ménage et les enfants mais Mr Bridge, avocat d’affaires, ayant progressé financièrement, il a été décidé qu’elle resterait dorénavant à la maison et que plus aucune tache ménagère ne devrait être effectuée de sa part.

 

Oui Mrs Bridge a tout pour être heureuse mais le bonheur a un prix, son mari passant de longues journées au bureau. Il revient très tard le soir. 

 

Mrs Bridge n’est pas compliquée du moment que toute sa famille va bien. On vit selon des conventions apprises par ses parents et elle a très difficile de constater que ses enfants ne veulent pas les respecter. 

 

Sa fille Carolyn est plus ou moins dans la lignée mais Ruth impossible de la comprendre. Douglass n’en parlons pas, il est extravagant au possible. Mrs Bridge doit s’en accomoder. 

 

Mrs Bridge a des amies et ensemble elles font partie d’un cercle bien entendu : les cercle des auxiliaires. 

 

Mrs Bridge n’est pas une intellectuelle. Lors de conversations sur l’art ou la littérature, elle est vite un peu perdue. Elle tente de s’initier mais abandonne très vite. Mr Bridge ne l’encourageant en rien.

 

Mrs Bridge se demande parfois si son mari l’aime encore. Il ne lui dit jamais.

 

Mrs Bridge entend parler de temps en temps entre deux conversations, de la guerre qui se prépare en Europe. 

 

Mrs Bridge est parfois tellement désoeuvrée qu’elle reste une heure à regarder les moineaux.

 

Mrs Bridge vote comme son mari. Mme Bridge s’appuie toujours sur ses conseils.

 

Mrs Bridge mène la vie que la bonne société américaine a décidé de lui attribuer. Quand ses amies se révoltent, elle ne comprend pas le pourquoi. De temps en temps, elle réalisé que quelque chose ne va pas mais elle se réfugie vite dans la vie tracée.

 

Le jour où les enfants de Mrs Bridge découvrent qu’elle ne sait pas ce qu’est un un homosexuel, quelle stupeur !  

 

 

 

 

 

« Il ne vint pas à l’idée de Mrs Bridge d’abandonner son mari et de courir au sous-sol. Elle avait été élevée dans l’idée qu’une femme mariée l’est pour le restant de ses jours et doit rester avec son mari partout où il se trouve et en toutes circonstances, à moins bien entendu qu’il ne lui enjoigne de d’agir autrement. Sans doute aurait-elle aimé que son mari fût moins têtu, qu’il se comportât comme toute le monde, mais elle n’avait pas particulièrement peu. Depuis près d’un quart de siècle, elle faisait ce que son marie lui disait de faire, et elle savait que s’il disait qu’une chose arriverait elle arriverait et que s’il disait qu’elle n’arriverait pas elle n’arriverait pas. Pourquoi en serait il autrement ? »

 

 

 

Evan S. Connell a écrit ce premier roman suivi de Mr Bridge  après guerre. Etrangement, on a l’impression qu’il se déroule dans les  années cinquante alors que pas du tout, nous sommes dans les années trente. 

Portrait d’une femme dans la middle class américaine très réussi. La vie de Mrs Bridge se scinde entre 117 petits chapitres mais combien savoureux.

 

A découvrir absolument. 

 

Posté par winniethepooh à 10:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

13 juillet 2017

La plume de Virginie Roels

plume

 

La Plume de Virginie Roels sera la  dernière lecture dans le cadre de cette session des 68 premières fois. 

 

Que dire de ce premier roman ? Je l’ai lu sans ennui mais sans être séduite. 

 

 

En résumé, une journaliste doit assister au débat entre l’ex président et son concurrent au deuxième tour de la présidentielle. Cet ex président devient bleme et perd toute contenance subitement. La journaliste comprend que c’est un jeune assis dans le public qui désarçonne l’ex président.

 

Donc elle va mener son enquête journalistique. Interrogeant les anciens collaborateurs de ce président déchu. 

 

 

Il est question d’une plume celle du jeune Julien Ledantec dont un énarque a piqué des devoirs de fac faisant croire que c’est un discours qu’il a composé. Discours lu publiquement. Le jeune va comprendre l'imposture et en tirer parti. 

 

Ce mêle Julien Ledantec va être aspiré par les idées jihadistes.

 

Le président ayant des accointances avec le Maroc, mais cela on le sait depuis longtemps, va être roulé dans la farine suite à une affaire de pédophilie dans lequel est impliqué un homme d’affaires français. Chantage, il décide de se taire et préfère banquer pour que cela ne s’ébruite.

 

Je ne vais pas tout vous résumé mais bref, le monde politique n’est que manipulation et mensonges envers la population si on s’en réfère au roman.

 

Le personnage  de la journaliste de plus n’est pas vraiment développé et c’est bien dommage.

 

 

 

Un bon premier roman vite lu, vite oublié.

 

 

Posté par winniethepooh à 09:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


06 juillet 2017

Le coeur à l'aiguille de Claire Gondor

le coeur

 

 

A peine reçu, j’ai lu les premiers mots et je savais déjà qu’il avait gagné ce roman de la sélection des 68 premières fois. 

 

 

Leila, glisse l’aiguille entre les mots d’amour. Elle surfile, elle faufile. Rien ne peut l’arrêter même cette canicule qu’elle cache derrière ses volets fermés sur son amour. 

 

Dans la boite, le paquet de lettres diminue. Elle brode sa robe de mariée de souvenirs.

 

Chaque lettre correspondra à une partie du corps. Elle épinglera ses années de bonheur pour célébrer cet amour entre elle et Dan.

 

Elle ne sait pas pourquoi elle s’accroche à ce travail de couture. Guérir ou souffrir ? Elle ne sait pas mais elle le doit.

 

Petit à petit Leila dévoile son passé. La rencontre avec Dan dans une boite de nuit. Elle portait cette robe verte pour laquelle elle avait eu le coup de foudre.

 

Dan et son regard si perçant. Dans et la fête foraine. Dan et leurs jeux d’amour. Dan et cette blessure qu’elle pique au bout de l’aiguille. 

 

Dan là bas brûlant sous le soleil. 

 

 

« La vie n’attendait pas que Leila se relève. Il fallait construire à présent, et rassembler les morceaux de son existence en miettes. Les reprendre à l’aiguille, les ramasser en fil, en suivant les courbes d’un patron de robe. Suturer la douleur pour la faire taire enfin. »

 

 

 

Comment expliquer qu’un livre et pas un autre vous lance des émotions. Impossible.

 

J’ai aimé chaque mot de ce roman. J’ai imagine la silhouette de Leila perchée sur ses talons. L’ombre de Dan bien plus grande. J’ai suivi le travail de l’aiguille, imaginé la robe penchée, ecouté le bruit du papier transpercé. 

 

Oui un véritable coup de coeur. 

 

« Lorsqu’elle relevait la tête, Leila voyait par les fenêtres grandes ouvertes les arbres malingres du square de Oiseaux-quels oiseaux, bien malin qui aurait pu le dire, elle-même n’en avait jamais vu un seul dans ce parc- et les enfants qui se brûlaient les genoux sur le métal du toboggan. Elle avait traversé l’été les ciseaux à la main, recluse dans son salon. »

 

Posté par winniethepooh à 08:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

07 juillet 2016

Le châpiteau vert de Ludmila Oulitskaîa

product_9782070134977_195x320

 

Le début d'une amitié débute parfois par un événement tellement anodin. En l'occurence dans cette histoire, c'est un petit chat qui a permis la réunion des trois garçons : Ilya le pauvre, Sania qui aime la musique et fragile comme les notes ainsi que Micha, d'origine juive. 

A l'école ils sont les souffre douleur de leurs camarades mais leur amitié est indéfectible. Tous trois sont élevés par des fémmes, Micha est orphelin et vit chez sa tante, ilya est le fruit d'un amour de jeunesse mais son père lui donne le gout de la photographie et Sania aimé tendrement pas sa grand-mère et sa mère. Tellement différents.

 

Leur vie va changer à l'arrivée d'un professeur de littérature  qui entre en classe en récitant de la poésie et qui les emmène dans les rues de Moscou avec d'autres camarades, sur les traces d'écrivains célèbres.

Peu à peu leur vie va tourner vers la dissidence. Ils ne désirent pas vivre tel que les dirigeants le décident. Pourtant la Russie est leur terre et ils veulent que l'Occident sache que chez eux le rêve n'existe pas.

Ylia et Micha vont chacun se battre à leur manière. Ilya par la prise de photos et Micha par le samizdat, ces petites feuilles de papier où l'on retranscrivait les romans des auteurs maudits tel Solyenistine et qui passaient en Occident. Ils vont également créer une revue sous l'oeil malveillant des agents de l'Etat. Sania lui pense musique, musique. Ce qui ne l'empêche pas d'aider ses amis surtout quand la femme de Micha,emprisonné, mettra au monde une petite fille. Ils prendra soin d'elles jusqu'au retour de son ami.

Micha risquant d'être à nouveau incarcéré, ne le supportant pas, se suicidera.

Ylia mourra hors de Russie et Sania aux USA pourra enfin s'adonner à la musique comme il le désirait. 

Merveilleux roman tant par l'écriture que par l'histoire. Ludmila Oulitskaia nous retrace la période de l'Union Soviétique à partir de la mort de Staline jusqu'en 1996. Période que les jeunes de maintenant auraient difficile à imaginer. Pourtant le courage des trois garçons, la pauvreté, la dissidence, l'enfermement furent la loi durant des années. Il en fallut du cran pour s'opposer.

Des noms ont été changés, d'autres nous ramènent à ce passé tel Sakharov, Solyenistine....tellement loin et encore si proche dans nos mémoires.

Si vous aimez les auteurs russes, à lire absolument car la littérature vous entraine sur des chemins impétueux. 

 

Posté par winniethepooh à 05:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

07 avril 2015

La Grande Marée de Marie Gevers

 

109_L230

 

 

J’avoue que je ne suis pas très belgitude dans mes lectures et découvrir un classique d’avant 1960, pas très convaincue mais Anne et Mina étant tellement ethousiastes pour ce mois Belge...

C’est donc dans la bibliothèque maternelle que j’ai pioché ce beau roman de Marie Gevers et dès les premières lignes le charme fit son chemin.

 

La Grande Marée peut être prise de deux manières. Celle que nous avons connue comme chaque année à l’équinoxe du printemps et une toute autre, celle qui fait chavirer les coeurs, qui noie les sentiments dans un maelstrom d’émotions.

 

 

Gabrielle a suivi des cours d’institutrice. Sa mère veuve doit s’occuper de ses trois filles. Elle tient une boutique de tissus avec Véronique, l’ainée des trois. La plus jeune Marie quant à elle est un peu simplette. 

Gabrielle n’aspire aucunement à cette vie là d’autant que sa mère s’est fait spolier lors du décès de son mari Joseph par les autres frères Jules et François. Egide, n’en parlons pas, un être sournois qui s’est disputé avec François. 

 

Ces derniers  qui vivent à Tamse ont gardé la brasserie et mène grand train de vie tandis que leur belle soeur malgré l’argent reçu en compensation, trime pour joindre les deux bouts. 

 

Gabrielle adore son cousin Laurent, qui vit dans son monde de musique et l’oncle François l’apprécie. Que demander de plus. Autre chose, oui autre chose.

 

Gabrielle rêve d’épouser un homme qui la rendra heureuse et qu’elle rendra heureuse. Ils auront des enfants. Elle rêve du bonheur Gabrielle. 

 

Elle a jeté son dévolu sur un réprésentant de tissus qui se rend régulièrement à la boutique de sa mère : Raymond Janssens.

 

La Grande Marée qui s’annonce avec la pluie qui ne cesse de tomber inquiète tout le monde. Gabrielle est envoyée par sa tante au Lieskant. Elle doit prévenir les fermiers que l’inondation menace sûrement. Dans le car qui doit l’y  conduire, elle y retrouve Simone la fille des fermiers, qui se partage deux amoureux,  ainsi que Raymond qui désire réaliser des photos de l’événement. 

 

C’est dans cette ferme, au plus gros de la marée et des inondations, réfugiée sur le toit que Gabrielle décide que Raymond sera son mari. Elle fait jurer à Simone de ne pas jeter son dévolu sur lui, elle a deux autres amoureux. Ce sera lui et aucun autre…

 

 

Une histoire qui pourrait ressembler à une bluette mais transportée par l’écriture poétique de Marie Gevers et son hymne à la nature, le roman prend une toute autre tournure. 

 

« Pour parler de ce temps là, le soudain début du printemps, après une tempête d’équinoxe, les gens du village n’employaient  que des diminutifs : le chaud, le clair petit soleil, le doux petite, le beau petit merle »

 

C’est un paysage d’eau porté par les lignes, rivières, digues, écluses, cet morceau de l’Escaut est brume ou soleil. Marie Gevers le raconte si bien. 

 

 detail-temse-mechelen-2

 

Photo de Tamse prise sur internet. 

 

mois_belge_logo_folon_redstar_38_gras_blanc_ombre_orange_1_sans_bord

Posté par winniethepooh à 11:34 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

08 février 2015

Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

Unknown

 

Ifemelu laisse sa famille et son amour Obinze au Nigéria. Il est décidé qu'Obinze la réjoindra là bas aux USA lui qui admire tant ce pays.  Elle a l'opportunité d'y poursuivre ses études, elle doit y aller. 

Mais l'Amérique ne correpond pas du tout à dont elle rêvait. Très vite, elle va réaliser que la couleur de peau est très importante. Elle fait partie de la race dite noire. Même dans cette race dite noire, il existe des sous-classes et le noir descendant des esclaves ne peut que se maintenir sur la marche la plus inférieure.

Elle peine à trouver du travail pour payer ses études et en désespoir de cause, elle se décide à commettre un acte dont elle répugne et qui va l'obliger par honte à couper les ponts avec Obinze. Elle tombe dans la dépression.

Petit à petit, elle va réussir à gravir des échelons tout en se demandant si elle arrivera un jour à se considérer comme américaine. Doit-elle prendre l'accent américain ? Pourquoi sa tante Uju a tellement changé depuis qu'elle vit dans ce pays ? 

Elle va créer un blog dans lequel, elle dévoile son regard sur ce pays qui l'a accueilli mais surtout de ce problème de discrimination qu'elle remarque chaque jour. Blog qui va lui faire connaitre la notoriété.

Quinze années vont passer jusqu'au jour où Ifemelu décide de retourner au pays, dans son pays le Nigeria.

Durant ces années, Obinze a quitté également le Nigéria mais pour se rendre en Angleterre où il va connaitre une toute autre destinée.

Travailleur clandestin sous une autre identité que la sienne, il va connaitre la peur, et se faire arrêter alors qu'il a allait contracter un mariage blanc. Retour vers le Nigéria. 

 

Quinze ans, changent-ils les êtres ? 

C'est avec beaucoup d'humour que l'auteur nous emmène dans une critique sévère de l'Amérique si belle de loin mais parfois bien laide pour certains surtout selon la couleur de votre peau, de votre ethnie.

Si vous n'avez jamais lu cette auteur, je vous conseille "L'autre moitié du soleil" qui est tout aussi magnifique. 

 

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 05:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

15 mai 2014

Miss Alabama et ses petits secrets de Fannie Flag

fanny

 

Maggie est considérée par ceux qui la connaissent comme une femme gentille, jolie, toujours bien habillée : une femme adorable en somme.

Maggie, elle, la petite cinquantaine considère que sa vie est un fiasco. Oui elle est devenue Miss Alabama mais pas Miss America, dans sa jeunesse bien entendu. En amour, elle a n'a pas voulu épouser Charles qui était fou d'elle. Et l'agence immobilière qui appartenant à la délicieuse Hazel qui ne mesurait qu'un peu plus de un mètre, est en train de mourir tout doucement. Elle est secondée par Ethel et Brenda mais avec l'affreuse Babs dans les parages, peine perdue.

A quoi bon, il est préférable de se suicider. Elle a tout préparé pour son départ. Ce sera le lendemain mais dring, le téléphone retentit : Brenda lui annonce que les derviches tourneurs seront à Birmingham et qu'elle a déjà reservé leurs places. 

On peut bien postposer un suicide...qui sera à nouveau remis à une autre date suite à une autre événément qui va s'avérer très étrange....

Je m'étais dit que je ne lirais pas ce roman suite à mon abandon de Beignets de tomates vertes. Me suis laissée tentée quand même.

Ce n'est pas le grand roman de littérature qu'on espère découvrir tous un jour mais j'ai quand même passé un agréable moment. De temps en temps une lecture récréation cela fait du bien. Mais c'est surtout très bon pour le moral. 

 

voir l'avis de Cath http://www.cathulu.com/archive/2014/05/06/miss-alabama-et-ses-petits-secrets-5362708.html

Posté par winniethepooh à 19:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :