Pascal Dessaint à travers ses chroniques emmplies d'humour et d'émotion, nous emmène dans son jardin de Toulouse où il observe les insectes, les papillons et même un hérisson. Mais les frelons eux n'auront pas la vie sauve près de cette cabane sans aucun confort, sus à l'envahisseur mais de nuit car Félix ne doit pas savoir que son papa est un assassin d'insectes.
Il nous parle de ses ronchonneries, de son refus de ces sac en matière plastique dans les supermarchés et le clame haut et fort à la caissière.
Pas de gaspillage d'eau sous la douche malgré les images sulfureuses de Sharon Stone.
L'ours brun, il va le traquer "sans le découvrir" avec des amis dont un écrivain.
Il vous donne envie de dévorer des huitres et parle avec tant d'amour du nord où il est né car au carnaval de Dunkerke, il est là et bien là.
Un tout petit livre qui a un parfum d'horizons. Un appel à la nature et à son respect.

61I5qwWG9_L__SS500_

"Ces écrivains là et quelques autres m'ont empoigné, comme qui dirait pour me faire basculer dans un monde plein

d'un indiscible plaisir. Leurs livres sont sur les étagères de ma bibliothèque et me rassurent, me consolent

parfois. Ces écrivains sont mes copains. Je nous sens une sensibilité commune et, dès lors,je me retrouve moins

seul avec mon angoisse de vivre. Nous partageons des mêmes valeurs et nos regards sur le monde ne diffèrent guère.

C'est au délà de l'époque, de la frontière du temps. C'est quelquefois très très troublant"