Les couleurs de la vie

23 février 2017

La téméraire de Marine Westphal

marine

logo-2017

 

Dès les premiers mots, je savais que ce roman percutant avait gagné son pari.

 

Dans un pavillon qui ressemble à un cube, une pièce apparemment en désordre. Une femme avachie dans un fauteuil et le lit qui trône au milieu de la pièce de séjour. Dans le lit, le corps d’un homme victime d’un AVC. 

 

« avant c’était la pièce à vivre » 

 

Lo Meo et Sali sont mariés depuis plus de trente ans. Le couple qu’ils forment a donné naissance à une fille et un garçon. 

 

Lo Meo aime la nature. Son métier est de préserver cette nature intacte. Il maintient les sentiers en état et surveille les randonneurs. C’est en octobre que s’est arrivé. Il discutait sur les hauteurs du lac l’Oredon . Il discute avec un collègue de leur travail et en une fraction de seconde c’est la chute dans un autre monde.

 

Il va rester quelques mois à l’hopital mais il vit sans les machines donc il peut retourner  à la maison. 

 

Aidée de deux infirmières, Sali veille sur lui. Espérant jour après jour, nuit après nuit, un signe, un geste infime d’un doigt, un clignement de paupière qui lui ramène son Bartoloméo tel qu’il était avant.

 

Leurs enfants sont complètement perdus face à ce père. Maia se noie dans l’alcool et danse avec des corps inconnus. Gabin est figé dans sa peine.

 

Sali contemple son mari et peu à peu une idée germe en elle. S’il doit mourir, ce sera dans un endroit qu’il aurait aimé. Elle reprend des forces pour accomplir son magnifique geste d’amour.

 

 

Marine Westphal est infirmière et nous raconte non pas de manière chirurgicale mais poétique ce bouleversement du corps lors d’un AVC. 

 

 

« C’est une poussière  qui se perd dans l’espace et vient percuter le destin, comme une aiguille  un ballon d’anniversaire. Poc »

 

Comment vit-on l’état végétatif de l’homme qu’on aime ? Sali ne peut le supporter mais son amour est si grand qu’elle va accomplir ce que certains se refuseraient. 

 

 

Ce premier roman, je l’ai lu dans le cadre des 68 premières fois mais je l’avais déjà choisi auparavant car le thème m’intriguait.   

 

Un premier roman écrit avec des mots dans toute leur simplicité et qui nous entraine dans une danse d’émotions. Marine Westphal nous met face à face avec la maladie, en tout humanisme.

Premier roman qu’il ne faut pas manquer de lire.  

 

On le referme avec un uppercut au coeur.

 

Posté par winniethepooh à 09:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


14 février 2017

L'immeuble Christodora de Tim Murphy

milly

 

 

L’immeuble Christodora édifié en 1928 et ayant connu due nombreux aléas mobiliers est réhabilité dans les années quatre vingts. Le père de Jared y achète un appartement, y établi un bureau et son fils durant ses études y vient régulièrement adorant New York. 

 

Jared va rencontrer Milly . Après une rupture, ils se retrouvent et se marient. Bien entendu ils intègrent l’appartement du Christodora pour y vivre pleinement leur amour ainsi que celui de l’art qui les uni car ils sont tous deux artistes.

 

Milly  est une angoissée. Sa mère Ava grande défenderesse de la recherche contre le sida souffre de dépression et de bipolarité. Missy en a souffert toute son enfance des changements d’humeur de sa mère. Elle même étant dépressive, elle ne veut absolument pas mettre au monde un enfant de peur que lui aussi souffre de la même maladie.

 

Dans l’immeuble vit également un homosexuel Hector qui est devenu quelqu’un d’agressif, après avoir perdu l’homme de sa vie Ricky qui ne voulait pas se faire soigner même si malade du sida. Il est tombé dans la spirale de la drogue et n’est pas fort aimé. 

 

Milly et Jared adoptent  un enfant Mateo. Milly est tombée sous son charme lors d’une visite à un orphelinat dont sa mère s’occupe. C’est un enfant qui aime dessiner, créer.

 

Les premières années se déroulent dans le bonheur mais à l’âge de quinze ans tout dégringole : Matto souffre de ne pas connaitre sa vrai mère même s’il possède une photo d’elle. La descente va commencer lorsqu’Hector l’initie à la drogue. 

 

Ce que Mateo ne sait pas et qui aurait pu le sauver, c’est qu’Hector connaissait sa mère Isabel Mendes, morte du sida contractée lors d’une relation sexuelle. Isabel Mendes après avoir été reniée par sa famille va devenir une militante pour que les femmes soient également reconnues par l’Etat comme malades du sida à égalité avec les hommes pour la couverture sociale. Si Mateo avait su tout cela, sa vie aurait été totalement différente. 

 

Ava, Milly, Jared, Hector, Isabel, Mateo. Il ne manque dans le cercle que Drew qui est la meilleure amie de Milly . La si belle Drew que Milly  a aidée à décrocher de la drogue dans leur jeunesse. 

 

 

 

Je me souviens au début de mes vingt ans de l’arrivée de cette maladie qui fut terrible. Les principaux touchés furent les homosexuels. Les homophobes de l’époque jubilaient de la mort de ces suppôts du dévergondage. La bêtise humaine était telle que des enfants étaient rejetés par les parents d’autres enfants. Certains imaginaient qu’un seul baiser pouvait vous transmettre la maladie.

 

Le livre raconte comment la communauté homosexuelle a du se battre pour que l’on arrive à trouver un remède. Il a fallu du temps pour que l’on comprenne que c’était l’association de certains médicaments qui pouvaient mener à la guérison même si le malade était toujours porteur du virus du sida. Pris séparément ces pilules aidaient quelque temps avant de trouver un autre traitement. 

 

Outre l’homosexualité, la drogue prend une part importante du roman. Un chapitre est particulièrement très dur, la descente d’un drogué vers l’overdose est totalement une descente aux enfers et rien ne vous est épargné durant ces quelques pages. 

 

Il n’y aucune haine dans le roman, des personnages auxquels on s’attache mais surtout des êtres humains qui aident les autres et dans notre société égocentrique à outrance c’est une bulle d’espoir qui nous permet de croire encore à la bonté car elle existe. Il faut s’y cogner tout simplement.

 

Et l’art, surtout l’art qui permet de créer des liens, d’échanger, de vivre….

 

« C’était différent. Ce n’était pas un besoin obligatoire pour eux de devenir artistes professionnels. J’était là pour les aider à trouver leur voie créative, et les initier à l’art et au rôle qu’il pouvait jouer dans leur vie. Surtout s’ils venaient de foyers difficiles. Avoir une feuille de papier et une boite de crayons…C’est une véritable échappatoire. »

 

Beaucoup seront peut être un peu perdus à la lecture car le roman se déroulant entre les années quatre vingt et deux mille vingt, les chapitres sont un mélange de ces années. On passe du futur au passé sans cesse. En tant que lectrice j’aime cette manière d’écrire. 

 

 

 

« Ces dernières années, il avait vu tant de couples vivre dans l’agonie permanente, à attendre que l’un ou l’autre meure, à réaliser qu’ils avaient une deuxième chance, à se réveiller au contact de la dure réalité d’une vie qui ne voulait pas les abandonner, finalement - des dettes, des factures, des emprunts, des emplois à trouver. »

 

 

Posté par winniethepooh à 09:48 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2017

Une femme au téléphone de Carole Fives

carole

 

Une mère telle que Charlène, il faut du cran pour la supporter. La soixantaine, seule dans la vie, elle ne cesse de téléphoner à sa fille. A toute heure. 

 

Pour lui annoncer qu’elle s’est inscrite à Meetic, se plaindre de tout et de rien. Un jour son fils l’énerve, l’autre jour il a toutes les qualités. Et puis elle l’écrivain, il faut y mettre du sien pour connaitre le succès, d’ailleurs elle a quelques idées de romans en tête. Bref, la mère super envahissante. 

 

Même quand elle on lui annonce son cancer, pas de perte d’énergie. Elle se rase la tête avant que les cheveux ne tombent et hop un perruque blonde. Elle n’arrête pas de fumer, pourquoi ? elle a déjà ce foutu cancer, on ne vas pas encore la chicaner  sur ça. 

 

Elle passe son temps à raconter au téléphone tout ce qui se déroule à l’hôpital. 

Quand elle retrouve sa maison, elle décide de peindre à tout vent. Mais oui j’ai peint du Matisse, comment cela pas du Matisse ! Picasso peut-être. 

 

Et zou, embarquée à l’hôpital psychiatrique. Sus à sa bipolarité. Et re appel téléphonique pour démontrer à quel point les gens sont bizarres dans ce genre d’endroit mais qu’on y est si bien. 

 

 

Re retour à la maison. La fille de son frère est insupportable. Sa belle fille enfin bref c’est sa belle fille. 

 

Et à nouveau recherche sur le net dans les sites de rencontre après l’homme , enfin l’homme car ma petite après cinquante ans il faut ramer.

 

 

Sans oublier la copine Colette qui parfois n’en peut plus et c’est la rupture très brève il faut bien l’avouer. 

 

Et voilà que sa fille, l’auteur, attend famille.  Tricoti tricotons.

 

« Allo, tu ne dors pas au moins ? Ca y est ils sont repartis, oh là là, quelles histoire. Qu’ils ne reviennent pas ici avec leurs gamins. Ca gueule, ça débranche les perfusions, ça saute sur le lit, ça se met des piqûres  dans le nez….Mais je suis calme, je suis calme, je tricote. Je termine ton pull, au moins si je meurs tu pourras porter quelque chose que je t’ai fait, il ne me reste que l’encolure et les finitions ». 

 

« C’est à quelle heure déjà ? Il faut vraiment que ça soit toi pour qu’on mette France Culture ! Tu stresses parce que tu passes à la radio ? Mais il n’y a pas de quoi. Tu te fais un monde avec ça alors que personne n’écoute. C’est pas RTL tout de même »

 

Un livre tragico comique qui amène le rire mais on n’ose imaginer ce que ressent la fille au bout de la ligne :   la colère, de l’angoisse et de la colère suivant les réponses de la mère. 

 

Et ce fond de tendresse  qui traverse l’humour. La mère raconte son enfance qui n’a pas été aussi heureuse que celle de ses petits enfants. Une mère qu’elle détestait. La séparation d’avec le père qu’elle adorait. Et cette solitude quand les enfants sont partis et qu’ils ne viennent pas vous voir assez souvent. 

 

Faut s’accrocher quand on  a une mère de cet acabit. 

 

A lire de toute urgence si vous êtes en perte de moral.

 L'avis de Cathulu

Posté par winniethepooh à 09:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2017

Ma mère du nord de Jean Louis Fournier

mère

 

« Notre mère n’a jamais eu de chauffeur. Elle a toujours été aux commandes. C’est elle toute seule qui a dû conduire sa vie, et la vie des autres. Elle n’a jamais pu compter sur son mari, il était irresponsable. C’est elle qui a tenu le volant toute la route. 

Elle a conduit prudemment. Elle devait faire attention, derrière, il y  avait quatre enfants et, dans le coffre, un mari qui ronflait. 

Elle nous a menés à bon port ».

 

La maman de Jean Louis Fournier est née de vieux parents, élevée dans l’encens. Pas très gai comme enfance certainement. Rue de la Paix à Arras. Elle y passera une grande partie de sa vie, à peine mariée, elle y reviendra avec des enfants. 

 

Elle va suivre des études de lettres et obtiendra un poste de professeur en Français à Lens.  

 

Et comme de bien entendu, elle rencontre un garçon mais ce ne sera pas celui là l’heureux élu. Non ce sera Paul le médecin. L’avenir lui semble si beau aux bras de cet homme. 

C’est à Calais que l’auteur voit le jour mais son père se sent à l’étroit. Direction l’Artois où Marie -Therèse va vite comprendre qu’elle a épousé un alcoolique. Alcoolisme connu de tous mais caché par tout le monde. 

 

Après la naissance des deux frères, installation à la case départ : rue de la Paix à Arras avec la grand mère qui y garde un appartement en compagnie d’une de ses filles.

 

La maman de Jean Louis Fournier était une rêveuse. Elle aimait jouer du piano, regarder un tableau, découvrir. Elle aurait pu être heureuse, si heureuse mais elle avait épousé la mauvaise personne. 

 

Une soeur est née 14 ans après l’auteur : Catherine. Elle n’as pas connu son père longtemps car il est mort dans la trentaine.

 

Marie Therese aurait peut-être pu refaire sa vie. Ce ne fut pas le cas. Elle aurait tellement voulu qu’on s’occupe d’elle mais les enfants ayant leur propre vie…

Elle était adorée de ses petits enfants. 

« Je pense à ma mère, à ses longues soirées d’hiver, à ses longues années de solitude.

Dans le tourbillon de la jeunesse, on ne sait pas que ça existe, on comprend plus tard. Maintenant, je sais ce que veut dire le mot solitude. J’ai de plus en plus besoin de mon chat »

 

 

Superbe portrait de la maman de l’auteur mais les fils ne reviennent-ils pas toujours chez leur maman après leurs mauvais coups  ? Et ce fut le cas de Jean Louis Fournier qui lui en a fait voir à Marie-Therese.

 

Superbe message d’amour entouré d’humour.

La mère du nord n’est pas loin de la mer du nord car chaque chapitre est bordé par une évocation des effets naturels.

 

Un portrait très émouvant.

 

L'avis de Cathulu

 

Posté par winniethepooh à 11:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 février 2017

Brunetti entre les lignes de Donna Leon

bru

 

Chaque année, j’attends avec impatience le nouveau Brunetti. Pas de gros meurtres bien ensanglantés, pas de psychopathe. Loin de tout cela, Guido Brunetti vogue sur les canaux et les rues de Venise tentant de découvrir le pourquoi et le comment de l’assassinat concerné. 

 

 

 

Dans cette dernière enquête, il est confronté à un vol de livres anciens. 

 

 

Il est appelé par une bibliothécaire la Dottoressa Fabiani. Elle est en charge de la Merulla, qui conserve des livres très anciens. Certains ont été volés, d’autres ont des pages arrachées.

 

Guido se rend à la bibliothèque où outre la bibliothécaire, il fait la connaissance de Santor qui y travaille également.

 

La bibliothécaire soupçonne un chercheur  américain d’être l’auteur de ces méfaits. Ce ne peut être l’ancien prêtre défroqué FranChINI toujours plongé dans des textes religieux. 

 

Ledit Franchini se faisant assassiner, l’affaire prend une nouvelle tournure.

 

 

« Certes, il y avait désormais un ordinateur, chose qui n’existait pas à l’époque où Brunetti était étudian, mais l’odeur était restée la même. Les vieux livres l’avaient toujours empli de nostalgie  pour les siècles où il n’avait pas vécu ».

 

 

Comme d’habitude à travers les paroles de Brunetti, Donna Leon lance quelques critiques sur la manière dont est gérée Venise : les gros paquebots touristiques provoquent des remous dans les canaux qui affecteront surement la ville lacustre mais d’ici quelques années. J’ai appris que le grand concepteur des digues qui doivent sauver Venise, est en prison pour détournement d’argent et que lesdites digues ne sont peut être pas si protectrices comme on veut bien nous le faire entendre. Corruption, chantage, l’Italie telle qu’elle est gangrenée mais Brunetti commence à devenir philosophe avec les années et semble de plus en plus apprécier les petits plats que son épouse Paola lui concocte.

 

Dans cette dernière aventure, le printemps commence à envoyer de petits signes dans l’air et Brunetti comme à son habitude poétise sur la nature. 

 

Posté par winniethepooh à 12:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


31 janvier 2017

Sur les chemins noirs de Sylvain tesson

Que fait-on quand on valse dans le vertige et que l’on se réveille à l’hôpital la gueule de travers, le dos brisé ? On décide de se reconstruire. Pas question de partir vers une destination lointaine mais découvrir le pays où l’on est né, aller à la rencontre de sa mère décédée dans l’année. 

 

tesson

Découvrir oui mais à la manière Sylvain Tesson. 

 

« Ces tracés en étoile et ces lignes piquetées étaient des sentiers ruraux, des pistes pastorales fixées par le cadastre, des accès pour les services forestiers, des appuis de lisière, des vide antiques à peine entretenues, parfois privées, souvent laissées à la circulation des bêtes. La carte entière se  veinait de ces artères. C’étaient mes chemins noirs. Ils ouvraient sur l’échappée, ils étaient oublies, le silence y régnait, on n’y croisait personne et parfois la broussaille se refermait aussitôt après le passage. Certains hommes espéraient encore dans l’Histoire. Nous étions quelques-uns à préférer disparaitre dans la géographie »

 

Et voilà le marcheur prêt à parcourir entre fin aout jusque début novembre les kilomètres qui séparent le Mercantour à la pointe de la France La Hague.

 

Petit détail : il lui est interdit de boire une goutte d’alcool, s’étant perdu durant des années dans ses volutes. 

 

Egal à lui même, Sylvain Tesson s’en va loin de la foule. Se sentir en communion avec la nature. Coucher à la dure, marcher, marcher. Croiser quelques paysans dans ces chemins inempruntés. 

 

Faire l’état du monde. Quelques kilomètres avec un ami, puis un autre et une étape en compagnie de sa soeur. Passage épique du livre. Se sentir en parfaite harmonie avec la nature n’est pas donné à tout le monde.

 

« Chaque matin, le soleil escaladait une barrière de nuages et peinait à passer la herse. A midi c’était l’explosion. L’Aubrac, cravache de rayons, me projetait en souvenir dans les steppes mongoles. C’était une terre rêvée pour les marches d’ivresse. »

 

Et malheureusement, il y a d’autres chemins noirs, ceux qui vous donnent envie tout à coup de mourir mais heureusement la solitude n’est pas de mise ce jour là. Heureusement. 

 

 

Ceux qui me connaissent à travers mes lectures savent que j’adore les récits de voyage de Sylvain Tesson. J’ai eu du mal à entrer dans ces chemins noirs car d’autres me traversaient l’esprit. Petit à petit j’ai pénétré dans les broussailles, franchi les monts et chanté sur les plateaux.

Un très beau livre où l’on découvre un homme qui veut se reconstruire, qui sait que sa vie ne sera plus jamais pareille à avant,  suite à son accident. Un combat contre les trous noirs qui nous happent parfois. Je le garde précieusement.

Posté par winniethepooh à 08:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2017

Briser la glace de Julien Blanc-Gras

briser-la-glace-j

 

 

Aah le Groenland, la neige, les glaciers, les fjords, les aventuriers, le lichen, les bœufs musqués, les phoques, ses esquimaux vivant dans des igloos eh la ! cela date un peu, on ne dit plus esquimaux mais inuits et ils habitent dans des maisons, faut pas rêver. Bon bref, l’ours polaire que l’on va pouvoir affronter de face….surtout sous forme de carte postale.

 

Pour parvenir sur cette terre de rêve, il vous faudra attendre au milieu de nulle part sur l’aéroport de Kangerlussuaq (ancienne base militaire américaine à l’origine durant la seconde guerre mondiale, noeud stratégique pour le ravitaillement des bombardiers). Vous devrez patienter quelques heures tout en observant les humains déambulant et attendant patiemment comme vous. Trois groupes se distinguent : les locaux, les Scandinaves et les touristes.

 

Avant d’entamer le voyage : juste une petite note historique. Groenland vient de Gronland nom que donnèrent les Vikings à cette terre qu’ils découvrirent. Gron car ne vous y trompez pas, l’herbe pousse aussi là bas et quelle est sa couleur ? Verte donc Gron, Groen. 

 

Beaucoup de siècles ont passé et depuis le Groenland appartient encore en partie au Danemark, en partie car économiquement ils sont indépendants de leurs colonisateurs. Pas vraiment dirons nous car le Danemark consacre encore la moitié de son budget annuel à cette contrée. 

 

Mais comme tout convoiteur capitaliste repère toujours l’aubaine avec le changement climatique, le Groenland est convoité de toute part  : les groenlandais sont prêts à laisser tout ce que l’on désire extraire de leur sous-sol. Money is money. 

 

« Le Groenland est une île, c’est même la plus étendue du monde. J’ai plus de deux millions de kilomètres carrés sous les pieds. Ce pays qui n’en est pas vraiment un pourrait contenir quatre fois la surface de la France et il est moins peuplé que l’agglomération de Bourg-en-Bresse. Toute sa population pourrait tenir dans un stade. Elle se concentre sur cette étroite bande de terre escarpée se faufilant entre l’eau solide et l’eau liquide ». 

 

Première escale, Nuuk déclarée comme métropole arctique. Juste le temps de faire connaissance avec les autochtones dans un bar, visiter le musée National du Groenland désertifié par les visiteurs, une bonne nuit et direction le point de ralliement le Sermeq Kujalleq près d’Ilulissat capitale touristique du Groenland. 

 

« on se presse pour admirer la beauté d’un monde qui part en morceaux, avec le frisson qu’offre le spectacle des apocalypses en cours » 

 

et là, Jack London n’est pas qui veut, ce ne sera pas moi qui serai le capitaine du voilier, je n’y connais rien en navigation. J’embarque avec trois bretons : le capitaine, son second et un peintre. Camarades qui se révèleront supers sympas durant tout le voyage. 

 

Toute voile Atka, nom donné au voilier.

 

Durant le magnifique voyage, je vais découvrir les icebergs et devoir les apprivoiser afin qu’ils ne buttent pas contre le voilier, manger du foie de phoque peu après la pèche, admirer une aurore boréale, avoir un manque d’internet après un certain temps, faire un tour en zodiac, parler, penser, rêver, admirer …etc.

 

 

« Ici comme ailleurs, la tentation est grande d’opposer  le grandiose de la nature , même si elle est cruelle, à la bassesse dont les humains sont capables. Je ne cède pas à cette tentation, je préfère garde un peu de confiance  en l’humanité, égoistement , parce que j’en fais partie »

 

 

Si vous avez besoin de vous remonter le moral, si le rire manque à votre vie, dévorez avec gourmandise le récit de Julien Blanc-Gras. Outre la nature qu’il décrit avec poésie, vous comprendrez l’historique de cette terre très lointaine. Très beau récit d’un voyage au milieu des icebergs. 

 

 

 

 

 

Posté par winniethepooh à 10:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2017

Je dansais de Carole Zalberg

carole

 

 

C’est la rage au coeur que j’ai refermé ce magnifique roman de Carole Zalberg.  Rage contre ces hommes qui au nom de qui au nom de quoi ? s’arrogent  le droit de prendre possession du corps des femmes, de ces hommes qui interdisent aux femmes leur droit à la liberté, de ces hommes qui ne voient dans de jeunes enfants uniquement l’image d’un jouet qui répondra à leur désir sexuel. 

 

Je l’ai lu d’une traite, les mâchoires serrées, les mots se noyant dans cette rage. 

 

Marie adore danser, Marie est heureuse mais elle signe son destin en regardant bien en face le garçon qui a le visage monstrueux suite à des brûlures. Il décide qu’elle sera sa princesse. Il va la suivre et attendra son heure.

 

Une cave sera l’habitacle de Marie durant quelques années.  Il ne veut pas lui faire du mal mais son désir étant trop grand, Marie subit le viol. Elle ne parle plus sauf pour lui lancer des injures. 

Seuls les livres qu’il lui apporte ouvrent cette cage dont elle n’essaye même plus de s’échapper.

 

 

Au fur et à mesure des pages, Marie raconte, Edouard le monstre se justifie de son acte. A travers son amour pour Marie, il tente de nous faire comprendre qu’il demande juste à être aimé lui aussi. Il a été détruit et comme réponse, il détruit à son tour, il saccage le corps de Marie. Un corps de son sans émotion. 

 

En écho, répondent la douleur d’une mère et d’un père qui pensent encore, qui espèrent encore, qui s’engluent dans cette douleur qui les noient. Ils avaient promis une vie si belle à leur petite fille : imaginer si elle est encore en vie, s’il est possible de l’imaginer cette souffrance qui entoure Marie.  

 

 

 

Cette douleur est décuplée à travers les voix de toutes celles qui souffrent dans le monde par le seul fait d’être née femme et de posséder ce corps qui attire les hommes. 

 

De cette douleur nait une force que les hommes ne peuvent dompter : la survie. 

 

 

J’ai retrouvé avec bonheur l’écriture de Carole Zalberg. Ses mots qui vous percutent, qui vous broient, qui ne laissent pas indifférents. 

 

Feu pour Feu m’avait émotionnellement conquise. 

 

 

Je dansais est un cri d’amour pour toutes les femmes qui subissent la violence.  Je dansais est un plaidoyer contre la maltraitance et l'enfermement tant physique que moral. 

 

Que vous dire Carole Zalberg ? Que votre livre est magnifique ? Il est plus que cela.

 

 

« Les premières fois, je chercherai à empêcher l’assaut. Mais j’ai appris. Très vite j’ai appris.  Mieux vaut l’immobilité.  Quand il se consume, mieux vaut la pierre. Attendre au fond de soi. Ensuite, il me lavera, soignera les traces de sa brutalité, mendiera un pardon que je n’accorderai jamais. Et c’est lui qu’il punira. Je le sais  : d’abord à coup sûr , il s’endort , mais plus tard, beaucoup plus tard , je l’entends hurler »

 

 

La date de parution du roman est prévue le 01 février dans toute bonne librairie.
Vous pouvez également vous le procurer au salon Lire c'est libre à la mairie du 7ième Paris ce 28 janvier.

 

 

Posté par winniethepooh à 12:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

Lettre à ma fille de Maya Angelou

fille

 

« Je suis convaincue que la plupart d’entre nous ne grandissent pas. On apprend à se garer, à rembourser ses cartes de crédit, on se marie, on ose avoir des enfants et on appelle cela grandir. Or, nous nous contentons de vieillir. Nous accumulons les années dans notre corps, sur notre visage, mais, au vrai, dans notre chair demeure l’enfant que nous étions, innocent et timide comme un soupir.

 

 

Maya Angelou, décédée en 2014, fut  ce que l’on peut nommer une grande dame. Elle fut décorée par le Président Obama. Poète écrivain, activiste pour les droits civiques américains, proche de Martin Luther King, chanteuse, danseuse. Pourtant, et avec grande honte, en choisissant ce livre en librairie je ne n’avais entendu son nom ou je n’avais pas fait attention quand on en parlait dans les médias.

 

Dans ce petit livre, elle nous ouvre le chemin de ce que fut sa vie. 

 

Lettre à ma fille est adressée à toutes les femmes qui pourraient ou auraient pu être sa fille, de n’importe quel continent, n’importe quelle nation car en réalité Maya Angelou n’a jamais eu de fille mais un garçon qu’elle a adoré. 

 

Maya Angelou est née à Saint Louis. A l’âge de trois ans, elle déménage avec sa famille  à Stamps chez sa grand mère paternelle MAMA. Sa grand-mère mesurait 1 m80 tout comme Maya plus tard. 

C’est durant cette enfance à Stamps qu’elle sera confrontée à cette différence entre les noirs et les blancs qui est présente dans le Sud mais qui n’affectera pas l’écrivain car elle ne s’est jamais sentie inférieure aux autres.

 

Dans cette longue lettre, divisée en plusieurs chapitres, elle nous raconte des épisodes de sa vie parfois violents, d’autres plus humoristiques. Très américaine, l’esprit patriotique et fustige en quelques mots les hommes politiques. Ce qu'elle doit à sa mère qui lui a appris l'indépendance.

Des poèmes : les siens et d’autres tel celui de Mari Evans

 

Je suis une femme noire

 

Je

Suis une femme noire

Haute comme un cyprès. Forte au delà de toute mesure

Défiant l’espace

Et le temps

Et les situations

Assaillie

Insensible

Indestructible

Regarde-moi

Et sois

Renouvelée

 

 

Une longue lettre écrite avec bonté et tolérance.Une lettre qu'elle clot avec le portrait de sa grand-mère. Une lettre d’amour à nous qui aurions pu être ses filles. Magnifique…

Posté par winniethepooh à 09:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

16 janvier 2017

Vie de ma voisine de Geneviève Brisac

brisac

 

Si la romancière n’avait pas emménagé dans un nouvel appartement, aurait-elle croisé Jenny ? Possible. Le destin est parfois singulier.

 

La vieille dame va l’aborder timidement. Charlotte Delbo : la romancière en a parlé et Jenny était son amie. 

 

Charlotte Delbo, elles vont en parler des heures durant. 

 

Et en hiver, un petit papier plié en quatre qui évoquent la mort de ceux qu’on aimait glissé dans une enveloppe. Jenny est prête à raconter ses morts. 

 

Eugenie, dite NIni commence: sa mère Ruvka qui quitte son village de Pologne afin de gouter à la liberté. Elle veut vivre comme elle l’entend. 

 

Elle va adhérer au Bund, l’Union des travailleurs juifs de Lituanie, Pologne et Russie. Espoir de voit naître une nouvelle société.

 

En 1924, elle rejoint Nuchim Plocki en France. Un bébé est annoncé. Ils se marient. Ce sera Jenny qui est considérée par ce nouveau pays comme française. 

 

Ils ne vivent pas dans le grand luxe. Tous deux travaillent à l’usine Menier la chocolaterie mais Ruvka n’aime pas cela et persuade Nuchim d’entreprendre autre chose. Ils deviennent commerçants et vendent des chaussettes sur le marché à Aubervilliers.

 

Ensuite, ce sera un nouvel appartement à Vincennes. Une partie de leur famille les rejoint et va vivre dans la même rue. 

C’est dans le bois tout proche que Nuchim emmène sa petite fille. Ils  discutent longuement. C’est avec lui qu’elle fera partie de toutes les manifestations socialistes. Jamais il ne parle de ce frère qui croyait en un autre avenir et qui fut assassiné en Russie. Russie où beaucoup d’autres événements tragiques se déroulent. 

 

Une petite vie bien tranquille, l’arrivée d’un petit frère, Monique sa meilleure amie, elles sont inséparables. La vie est belle jusqu’au jour où l’on décrété que les juifs sont indésirables : premier octobre 1940 peu après la défaite, avis signé par Pétain à Vichy. 

Sur le stand de ses parents, au marché, il est indiqué qu’ils sont juifs, les gens n’achètent plus et un gérant est nommé pour arganier ce commerce. 

Jenny ne portera jamais l’étoile juive sur ses vêtements, elle la coudra sur son écharpe. Monique reste envers tout son amie.

Tout devient de plus en plus sombre. Son père a du trouver un autre travail. 

 

Et le 16 juillet  1942, date cerclée de honte dans l’histoire, rafle des juifs dans Paris. La famille de Jenny est emmenée dans une villa et là un commissaire déclare que tous les enfants de nationalité française peuvent rester. Les parents de Jenny vont prendre la décision qui leur brisera sûrement le coeur à jamais. Ils décident que les enfants ne partiront pas avec eux. Rivka donne toutes ses recommandations à la jeune fille de 14 ans. Elle doit payer le loyer, s’occuper de son frère…etc Vite très vite, car les instants sont comptés. Ils seront les seuls enfants survivants. 

 

Jenny ne reverra jamais ses parents. Dans le wagon qui l’emmène son père écrit sur un petit bout de papier qu’il jette à l’extérieur. Le billet arrivera longtemps après chez Jenny mais elle mettra quarante ans à avoir le courage de le faire traduire. Mais quel magnifique message d’un père à ses enfants. 

 

Je ne continue pas à vous décrire la vie de Jenny; C’est à vous de la découvrir..

 

Entre Jenny et la romancière se tissent  des liens  et le récit est entrecoupé par un voyage en bus pour retrouver la maison d’enfance de Jenny, des conseils de jardinerie, assister à la représentation d’Aida au théâtre, promenades…

 

Personne ne sait ce qu’est devenue Rivka mais elle peut être fière d’avoir insufflé cette envie de vivre à sa fille. Liberté, c’est ce qu’elle lui a dit dans ses dernières recommandations.

 

« Rivka qui à appris à sa fille à ne pas croire au Père Noel, ni à la petite souris, ni à Dieu ni au diable, mais seulement à l’amour, à la lutte et à la liberté, lui apprend en deux heures à être une femme libre, une femme indépendante. »

 

 

Vous aurez compris que pour ma part, ce livre est un vrai coup de coeur et qui est écrit avec le coeur. Lire c’est essentiel, apprendre encore et encore. Cela vous ouvre des portes insoupçonnables. 

 

C’est une véritable leçon d’humanité à travers le récit de Jenny. Faites partie de ceux qui comprennent, tendez la main. Peu importe si vous ne recevez rien en retour mais tendez là. 

 

Lire c’est essentiel, apprendre encore et encore. Cela vous ouvre des portes insoupçonnables. 

Liberté et lire commencent par la même syllabe. 

 

 

 

« Il lui transmet son humanisme indestructible. Il a toujours été socialiste. Toute sa vie. Un militant ouvrier. Un intellectuel révolutionnaire. Un homme qui n’avait peur de rien, ayant déjà tout vu.

Posté par winniethepooh à 11:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :