mère

 

« Notre mère n’a jamais eu de chauffeur. Elle a toujours été aux commandes. C’est elle toute seule qui a dû conduire sa vie, et la vie des autres. Elle n’a jamais pu compter sur son mari, il était irresponsable. C’est elle qui a tenu le volant toute la route. 

Elle a conduit prudemment. Elle devait faire attention, derrière, il y  avait quatre enfants et, dans le coffre, un mari qui ronflait. 

Elle nous a menés à bon port ».

 

La maman de Jean Louis Fournier est née de vieux parents, élevée dans l’encens. Pas très gai comme enfance certainement. Rue de la Paix à Arras. Elle y passera une grande partie de sa vie, à peine mariée, elle y reviendra avec des enfants. 

 

Elle va suivre des études de lettres et obtiendra un poste de professeur en Français à Lens.  

 

Et comme de bien entendu, elle rencontre un garçon mais ce ne sera pas celui là l’heureux élu. Non ce sera Paul le médecin. L’avenir lui semble si beau aux bras de cet homme. 

C’est à Calais que l’auteur voit le jour mais son père se sent à l’étroit. Direction l’Artois où Marie -Therèse va vite comprendre qu’elle a épousé un alcoolique. Alcoolisme connu de tous mais caché par tout le monde. 

 

Après la naissance des deux frères, installation à la case départ : rue de la Paix à Arras avec la grand mère qui y garde un appartement en compagnie d’une de ses filles.

 

La maman de Jean Louis Fournier était une rêveuse. Elle aimait jouer du piano, regarder un tableau, découvrir. Elle aurait pu être heureuse, si heureuse mais elle avait épousé la mauvaise personne. 

 

Une soeur est née 14 ans après l’auteur : Catherine. Elle n’as pas connu son père longtemps car il est mort dans la trentaine.

 

Marie Therese aurait peut-être pu refaire sa vie. Ce ne fut pas le cas. Elle aurait tellement voulu qu’on s’occupe d’elle mais les enfants ayant leur propre vie…

Elle était adorée de ses petits enfants. 

« Je pense à ma mère, à ses longues soirées d’hiver, à ses longues années de solitude.

Dans le tourbillon de la jeunesse, on ne sait pas que ça existe, on comprend plus tard. Maintenant, je sais ce que veut dire le mot solitude. J’ai de plus en plus besoin de mon chat »

 

 

Superbe portrait de la maman de l’auteur mais les fils ne reviennent-ils pas toujours chez leur maman après leurs mauvais coups  ? Et ce fut le cas de Jean Louis Fournier qui lui en a fait voir à Marie-Therese.

 

Superbe message d’amour entouré d’humour.

La mère du nord n’est pas loin de la mer du nord car chaque chapitre est bordé par une évocation des effets naturels.

 

Un portrait très émouvant.

 

L'avis de Cathulu